Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 540
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
54»

E. AMÉLINËAU

nog^nnHC -^.e on eqcgeu sioicoii m** eTmcTeire on TeqenïCTo*»\h ne^jy.q t^i
Te TnivppHciôw ctc ottut^hc egomi epoq -xe neTn^ïTeï uixioq KJvTas. neqoTtou}
qnivcuiTJL*. epon. îtToq -2k.e îrrepeqosi xt.neïd.ïTHJui*. e&o'XgiTA*. nnoTTe ô>.qiyoi>ne

€qC(OTAA rtCJv 'i.^TCl-i. n^ï eT^lO JUAJLOC C^gOOK efloX IlTOp^H Il^KU) UCOiK

xin^umT k^s p&p ô/ÎVneooc sm negoo*y eT.uLJu.isv-y jumqoTiog eTOOTq effoonT
kjvtôv eTepe npiojuie nc^pT. <yumT aaaaoc aJWîk ecujd»nuj(ji>- (-n&.-) ne eTpeq-
(?tonT sioTcon euj^qtyuinT kj^t^ e« nneTOTrô^ià. neqcnoTfi.^e -^.e on e^iTï1
jutJTxoeic eTpeq^* ^e n^q exoon efioTV nnKeenToXH n^i eTCHg gn neup«\tbH
eTOTT^es.^. jmnvic^ n^ï ^qitKOTK n&\ neqcon nToq «^.e neTnH'y uj^poq \\.<s\ gen
otô. OTdk e&Oi\.gn n^xte eTAAneqncoTe ctrcot n^-y ngen sulik noTcog gju. njuià.
enTdwqop&eq7 egotrn evcooTrgc2 eT^na/^oopei ngHTq ^ttco nToo'y nemi^p ot-
KOT'xi n^one npu)ju.e. nTepeqnis.'y \e ose ^Trciooirg epoq neciury ^qTcouj
ne».y junem^num nTesjuune •xeK^c epe rot\ nca-*. juuutoo'y n^piouje epoq nqqi
npooTuj jLineqgion ju.ôvy«\^q nce^- -*.e noT^^n^nH e- (-n&-) tulhtc mut*. \uxx
Kô»Tô» Te^pià. 5 iunccoxtô. eiTe eT&e otcjojl*. eiTe eT&e nnjAAimo eTn^oi'tX.e epoo^

ceux qui croient, dit dans son épître: « C'est la liberté que nous avons envers
lui, car celui qui le priera selon sa volonté, il l'exaucera. » Mais lui, lorsqu'il
eut reçu sa demande de la part de Dieu, il obéit à David, disant : « Éloigne-toi
delà colère, laisse en arrière la colère ; » car vraiment, depuis ce jour, il ne
recommença plus à se mettre en colère de la manière que les hommes charnels
se mettent en colère; mais s'il arrivait une fois qu'il se mît en colère, il se
mettait en colère à la manière des saints. Il mettait beaucoup de zèle à demander
au Seigneur de lui donner manière d'accomplir ses autres commandements qui
sont écrits dans les Écritures Saintes. Après ces choses, son frère s'endormit;
mais quelques-uns du village qui était autour de lui venaient vers lui, bâtissant
des habitations dans le lieu où il vivait seul, se réunissant, s'y retirant, et
eux, ils faisaient un petit troupeau d'hommes. Mais lorsqu'il vit que les frères
s'étaient réunis avec lui, il leur assigna cette règle de cette sorte, à savoir que
chacun d'eux se suffît à lui-même, prît souci de son travail tout seul, mais
qu'ils missent en commun leur gain en toute chose, selon le besoin du corps,
soit pour le manger, soit pour les étrangers qui leur demanderaient l'hospi-

t. Lisez: e«.iTei. — 2. J'avais d'abord pensé à lire eovcooTgc; mais après mûre réflexion, j'ai re-
jeté cette lecture. Ceux qui voudraient l'adopter devraient peut-être traduire : dans l'endroit qu'il avait
inclus pour un couvent, ainsi que je l'avais fait d'abord. — 3. Lisez : Tej^pei*..
loading ...