Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 546
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
546

E. AMÉLINEAU

ô^too îtemi ovcon oit on ttecïiH'y ^cujone eTpeq<3"u) eqiMTei AineneicoT n^gyox*.
eq<2£oo aaiaoc se «rtu^ootct ht^cyjut nujine Hn^pcoAte q-u^ ftton ht^p koca&ikok.
a/tco HTeTiio-y ^qâAOTTe eeeo^uipoc nexa^q n^q ■se ^cooth HTeRAtuTc^fse ju.ii
ee ctkuioko iigHT ajlii neTAirnei Teno-y chh*^ neK.u.&.- (-n-e--) kçj gà. neicon
n^ficon uaaaa^q nq^jut nujme nneqeioTe ^tco n^p cutoT iujul uxiit^q uj^n-
TKKToq uj^pou e&oTV. ose otk OTJULHHUje AAneTu^uoTq çMcoooq xi^Xsct*. eiicooTit
■se itotoouj utniioTTe ne eTpnp cjulot hijul ajui otou mu. ^eo^topoc ^qccoTJU.
on OTOOfï nefsfiio dwqfrion julh ncon ^ttoo HTepcnrficoK enims. eTJULAjL^y ^ Te^pià.1
ujume CTpeTOTtoin jumeTRom hocir suly\iiôv'y kotfioju. ^voû ^q^tooc ii<?i ncon
nneqeioTe ose co&Te k&.k îmeTpocÇH eTe ujdvpe jutuionA/^oc oTouto-y on otx*&.
nô.p^ xiepoc. «TepoTco^Te 'à.e ^ ncon uj;vxe ajlh oeo^topoc ^e TuioTH ena<-
OTtoxi. UToq '^.e neqoiroûaj ^n ne ef>o"\ ^e ne neqcumT ^n ne ovuiju. on X^^-y
khi kkocaaikok ^vco HTepeq^ioujT nca. néon £jul nooRjui Atneqoo ^qeiuie "2£c
neqgHT aak^ç> ^tco ^qjuionjTq c^aa neqç^ht *2se eiTutajeei njmAA^q oit ocola kiai

Et il y avait encore un frère parmi les frères; il arriva qu'il insista faisant
une demande à notre père Pakhôme en disant : « Si tu ne m'envoies pas visiter
mes parents 2, je m'en irai et deviendrai laïque. » Et sur-le-champ, il appela
Théodore, il lui dit: « Je connais ta sagesse et la manière dont tu t'affliges
avec ceux qui ont du chagrin ; maintenant donc tu vas supporter ce frère 3
afin d'aller avec lui pour qu'il visite ses parents, que tu fasses tout ce qu'il
voudra4 jusqu'à ce que tu nous le ramènes, car il y a en lui une foule de bonnes
choses, et surtout parce que nous savons que c'est la volonté de Dieu que nous
nous fassions tous à tous. » Mais Théodore obéit dans une grande humilité,
il alla avec le frère. Quand ils furent allés en cet endroit, besoin fut qu'ils
mangeassent leur petit pain à l'heure de manger, et le frère dit à ses parents:
« Préparez-nous les nourritures que mangent les moines dans unlieu écarté5. »
Lorsqu'ils eurent préparé, le frère parla avec Théodore, disant: « Lève-toi,
afin que nous mangions. » Mais lui, il ne voulait pas, parce que ce n'est pas
la coutume de manger dans quelque maison laïque que ce soit, et, lorsqu'il
eut regardé le frère dans la tristesse de son visage, il sut que son cœur souffrait
et il pensa en lui-même : « Si je ne l'accompagne pas en toute chose, il ne me

i. Lisez : Tej^peiev. — 2. Mot à mot : Mes hommes. — 3. Mot à mot : Tu placeras ton cou sous ce
frère. — 4. Mot à mot : Que tu fasses toute forme avec lui. — 5. Je ne sais comment expliquer la pré-
sence de ces mots grecs, mais le sens est cependant évident.
loading ...