Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 581
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0109
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

itKi^pnoc on junenn*. croir^àii €Te nôvi (-co7-) ne neîsfeio ngHT ax\\ «TnoT\cH
kô».i r'à.p osnt juinn^Y ht^tcootju -se ô>. neneicoT ^n^ ^lopcmcioc ^g^e ep»/rq
neicoT csti TKomumià. eTuj^n,2£iiotrq eTUjJv'se 1 £H Teopô^h eTpeqfsoAq epocy
netu^qoTtoujfc n^y ne on otoMio -xe îunsuoe ^n enf»uy\ AJUieopHTOH cijuh-
tcï 2 nTiip o^peuj oht uj^nTiifston e(p)Hc nTe neneicoT ^n*. o^oopcmcioc f>o"\q
epon. ueT-sncy ju«.oq neuj^Tp ujnHpe juneqeMiio eT\i^u}ooq £ju nTpeq-xui
n^*y jun^i eÊoA'se jun ujôv'xe £Hn epoq gji Teirp^t^H née eTe uj&.qujdt'&c epooy
g^^h ju.imà.'y 3 eq^ c&u> nô.'y efkwVgn ne^p^cÇH eTOT^^f> k^i ç^p neqeipe on
ixnôwi ngd^ ïicon eqocon juumoq eTjuujwne g_n OTn^ppHci^ «sck^c nne ngHT
nnecnH-y pme epoq ^"W^ eneneicoT oiopcmcioc eq-xio ju.ju.oc epoq -se

npa)jue ne n-^mi^Toc ou ntu^-se jun ng^cofi. unttc\ g^en koti *xe ngoo'y ^ttc-
TYioy 1 nneTTROTi ngfimre g^n Tno*\ic p^KOTe ^too ôwT'si no-ycnicToTVH gjTn n^p-
^lenicnonoc epa^Tq nes.n^ g^oopcjHCioc \tw Mfxi cjuoy nTOOTq eT-sto jujuoc
«se uj'XhX cscon nujoei'x juneivxoeic ic ne^c &tcï efio^g^iTOOTq on OTeipHnH.
(-COH-) nTepoTei -2>.e u}^ njuô. n\n&. ^nTionioc ^TUjme ncooq CTpeTT^n nequjme

l'Esprit-Saint, qui sont l'humilité et la soumission; car des l'heure où l'on
apprit que notre père apa Horsiîsi s'était élevé père sur la communauté, s'ils
lui demandaient de leur expliquer une parole de l'Ecriture, il leur répondait
avec humilité : « Nous ne trouverons pas l'explication de cette parole, sinon
que nous soyons patients jusqu'à ce que nous soyons arrivés au Midi, afin que
notre père Horsiîsi nous l'explique. » Ceux qui l'interrogeaient admiraient sa
grande humilité lorsqu'il disait cela, car aucune parole ne lui était cachée
dans l'Ecriture, comme il leur avait parlé avant ce moment quand il leur
enseignait d'après les Ecritures Saintes; car il faisait cela des foules de fois
encore, se cachant pour ne pas être dans une liberté5, afin que le cœur des
frères n'inclinât point vers lui, mais vers notre père apa Horsiîsi, l'appelant
l'homme puissant en paroles et en œuvres. Mais après quelques jours, ils
achevèrent leurs petites affaires dans la ville de Rakoti, ils prirent une lettre
de l'archevêque pour apa Horsiîsi, ils reçurent sa bénédiction en disant : « Prie
pour nous, héros de Notre-Seigneur Jésus le Christ ; » ils le quittèrent en paix.
Lorsqu'ils furent arrivés au lieu d'apa Antoine, ils s'informèrent de lui, afin

1. Lisez : eoirujjs^e. — 2. Lisez : ciajlhtï. — 3. Je crois qu'il faut lire : o^^h junein^y. Je traduis
d'après cette lecture. — 4. Lisez : «.TTeAcioy. — 5. C'est-à-dire : Pour ne pas paraître prendre trop de
liberté et usurper ainsi une fonction qui ne lui avait pas été déléguée et qui n'était pas la sienne.
loading ...