Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 586
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
586

E. AMÉLINEAU

îiTeng^pe^ epoq ea^q a*.jv\ictô«. epe neTes.ctpeXioii .uneHsoeïc gw nenaris
im^y ïujlx h "sco(cauie) niie^pd^H THpo-y eTotr^àii (sic exit).

XVIII

(-*\e-) js.tijû ite ^qKU>T n^-y kothi gn TetmuiULH ii^nà. goipcmce. nToq •xe
neîieicoT ^riis. guipcmce nTepequ^'y se gome gn negeneeTe i^p^ei jutnaips
efto"iVgit TKomcomjs. ct^- \thh ïievq à/roi juuio-itcootul viccoq eTpeqp gAiAie

AXAXooy kô^ta. ts"oju. kta imoTTe Tevô>.c n^q ^qeiiiKivg ugHT euL^Te ô^tto) d>.q<yu>
eqp goTe .«.HiTCOTe 1 ktc oTscoiope e£so*\ ujoone nuev^-T^h ïitô,. nsoeic cooT^cy
egovit gn\i*. neqgiAg^'X.. ïieim ot\ se se doro'X.iV.comoc eqo ugH^omuLeiioc
esn Tuicy ttujonc e^qeipe itgeïi ujTopTp evi^ujooo'Y gu>cT€ «Te «KegeneeTe
THpo*Y oTA.go*y ïicjs. nequj^se ctsio sjlmjloc se ju-Iitau g co& u» goipciHce OTse
HKeTU>uj ht^qTOujO'Y iUtttTd^ti goo£i imjlu.&.'Y' rrrepeqn^'Y se eTito^ ïto'Xs^rsc
ïtT^cujcone gn negeneeTe ^qujTopTp se nne otTscocope efio\ ujcone ttTKomomià.

l'observer2, surtout quand l'Evangile saint de Notre-Seigneur est dans nos
mains à toute heure ou les livres de toutes les Ecritures Saintes (sic exit).

XVIII

.....et il leur avait bâti une maison dans la connaissance d'apa Horsiîsi.

Mais lui, notre père apa Horsiîsi, quand il vit que quelques-uns des couvents
commençaient à se séparer de la communauté sainte, qu'ils lui causaient du
chagrin et qu'ils ne l'écoutaient point, afin qu'il pût les guider selon la force
que le Seigneur lui avait donnée, il fut triste de cœur grandement et il
demeura dans la crainte qu'il n'y eût dispersion des âmes que le Seigneur
avait réunies par son serviteur. Il y avait quelqu'un nommé Apollonius, qui
était hégoumène sur Temounschons, qui avait fait de grands troubles de sorte
que tous les autres couvents avaient suivi sa parole, disant : « Nous n'avons
rien à faire avec Horsiîsi, et les lois qu'il nous a imposées, nous n'avons rien
à faire avec elles. » Mais quand il vit la grande tribulation qui avait eu lieu
dans les monastères, il trembla qu'une dispersion n'eût lieu de la coramu-

I. Lisez : jumiOTe. — 2. Mot à mot : Afin que nous le gardions pour le faire.
loading ...