Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 618
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0146
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6i8

E. AMÉLINEAU

- ITà.gUi.M.0 ^p2£JULisïV2s.p'. — OAl.iS.ioc2 TOy ^tto*Y. - a.lfgTV.'X.o 3 qsooc

■se is.7rcou * OTOoty ep aaoïi^^oc js.t(a> a. TqM.es.îs.'Y Ko>?V.'y ' jutAioq rrroq '^.f A*.nq-
cjs.goi>q e&oA a*.neqA«.eeTre eq*xio nxaxoc -xe esoTrcouj eToifso ïit^v^t^h îvtoc
•2».e is.cJU.oim ef>o<V eccwujT utjuioq efioA ^ttoi jLtnfcTJLi'Tott epoq. julhïicooc &.c-

Kô.is.q.....iiiùK.....îiTepeq&ajK &.qp juion^^oc ^qjLioouje o_n OTisJu.e-

7V.I&.6 is.Trco ô^q-se neq^e e&oÀ k^rcoc. jvcigwne n/rcpe TeqAAJs.^'y Aicy utîi-
ïic^ otocïuj esqujocme gît otuo<? itujccme giocre nqujoine gn ottckct^cic
nceTopnq eTeupscic atio à.qge eTqju.js.à.'y util neToimpme juljuloo'y Tq.uLA.es.'Y
iiTepecH^'y epoq acitcoujc jvttio ncs\c -xe o*y ne iijs.ï n^ujHpe eTpenci guicoK
eojpjsi enejjuô. gcocTe eTpevKpme ju.ju.ok cttooii neKujôvQse eTeK-sno-y jujuoi
epoo"Y "se ciotojuj eTovxe t^v^tt^h. es.qiyme -xe csti nenTjs. TqâJuues.'Y 'x.ooy

n^q... . TAXix&y.....tko?V^cic eTequjon ngHTc ^ira> HTepeqïiegce eojpôa

gn tckct^cic ïiTepe negjuoju KXô<q îiottkoifi Js,qjueKJUOimq gju neqgHT <s.e
euj'se es. Tes.juis.Js.'y cse nes.i ïiis.ï eexmo jujuoi eie em^p o-y goTis.ii e7rujis,tiTAgoi
ep;s.T en&HJUis. juneiipiTHc jujuc hjs.T'xi go. is.irio ivreige es.qp gu)& eneqoTf2£is.i gît

Pakhôme l'archimandrite. — Semblablement, du même. — Un vieillard dit :
Un frère désirait se faire moine et sa mère l'en empêcha; mais lui n'écarta
point sa pensée, disant : « Je veux sauver mon âme. » Mais elle fut ferme à
refuser et elle ne prévalut pas contre lui; mais ensuite elle le laissa aller. Lors-
qu'il fut allé, il se fit moine, il marcha dans la négligence, il dépensa mauvai-
sement sa vie. Mais il arriva que sa mère étant morte, après quelque temps il
fut malade d'une grande maladie, de sorte qu'il fut dans une extase, qu'on le
ravit au jugement, et il trouva sa mère parmi ceux qu'on jugeait. Mais lorsque
sa mère l'eut vu, elle fut étonnée et dit : « Qu'est ceci, mon fils? Te voilà, toi
aussi, en ce lieu, de sorte qu'on va te juger! Où sont tes paroles par lesquelles
tu me demandais permission7, disant : Je veux sauver mon âme?» Il eut

honte de ce que lui disait sa mère.....le tourment où il était; et, lorsqu'il

se fut réveillé de l'extase, lorsque la fièvre l'eut laissé un peu, il réfléchit en
son cœur, disant : « Si ma mère m'a dit ces choses en me faisant des reproches,
que ferai-je quand on me prendra pour le tribunal du juge véritable qui ne
fait acception de personne8? » Et ainsi, il travailla à son salut avec un grand

4. Lisez : jsp^iAiekit^piTHC. — 2. Lisez : ojuloiwc» — 3. Lisez : ovgAAo. — 4. Lisez : a. oircoit.
— 5. Lisez : KoAirei. — 6. Lisez : oir*.A».eAeni,. — 7. Mot à mot : Où sont ces paroles dont tu m'inter-
rogeais, disant, etc. — 8. Mot à mot : Qui ne prend point visage.
loading ...