Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 636
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0164
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
636

E. AMÉLINEAU

c^çe-à.on gen TeqnxppoTciis.1 JxT'xiTq egoirn ennjv\<Vô.Tion2 jmj-io mtctsiov ô>.
nppo toooth efioX^i^jui neqoponoc JvqnioT e&o'XgHTq ^q^cna^e juLjLioq eTeq-
T^npo Jvq^ooÀeq uriTon ïiTeq [sic exit).

III

(-Àix.-) n-^jk^ioc '^.e aoiis. ujencnrTe ^q^1 n^en koti noein enecnH'y Tupo-y is.
neTgn t-^.iô>.koh!ôw êojk egoirn ujjs. njm^k^pioc ujenoTTe neos^q n»>q *2se

nô^eiooT necxio'Y ujione is. noeiK otoo un^p o*y juin a*uiHHiye ctcoot^ epon
mjl\x necitH'Y THpcvy. ne*2te n*».enoT n*wi qscà. neqjut^eHTHc axïi ncovi eqg^iv t-ai^-
Komes. ose cuiot£ egomt nenÀavKJUi nT^-yceene T^gi^cy JU.nju.HHUj€. ^u\ook mior
juin nis. vxi^ttomev june«k\ "Xôvà/y en^go-y fc.ni iy&poq ^îiT^uisoq kô^tjs.
neiiTô.q'sooq tid>.n. neosAxj «se uneTHK&. 'X^^'y enevgoy. nex^n -^.e jutne
neueicoT. ne-2£is.q njs.it ^se ftccm neou-cy nfcujoone. *>.h]iook -xe à.noTcon ena^go
mioeiK à.nju.e£ ujojuuit nuje nfsip gip** npo x*.navgo à. juuiAHHuje ottcoa* d/rci
ngHTcy ô>.t^ eocy jmrmcryTe Ain neneicoT \ns. ujchottc. jumncà. nfci «*.e on

sa présence, on le conduisit au palais et, sur l'heure, le roi se leva de son
trône, il en descendit en courant, il le baisa sur la bouche, il le revêtit de la
bordure de son [sic exit).

III

Mais le juste apa Schenoudi donna quelques pains à tous les frères. Celui
qui était dans la diaconie alla trouver le bienheureux apa Schenoudi, il lui
dit : « Mon père, la bénédiction a été, il n'y a plus de pain; que ferai-je aux
multitudes rassemblées près de nous et à tous les frères? » Mon père me dit,
à moi Visa, son disciple, et au frère qui était dans la diaconie : « Rassemblez
les fragments qui sont restés, distribuez-les à la foule. » J'allai, moi, avec le
frère de la diaconie, nous ne laissâmes rien en arrière; nous allâmes vers lui,
nous lui annonçâmes selon qu'il nous en avait donné l'ordre. Il dit : « Vous
n'avez rien laissé en arrière? » Nous dîmes : « Non, notre père. » Il nous dit :
« Allez, la bénédiction sera3. » Nous allâmes, nous ouvrîmes le trésor des
pains, nous remplîmes trois cents corbeilles près de la porte du trésor; les
foules mangèrent, elles en furent rassasiées, elles rendirent gloire à Dieu et à

i. Lisez : Teqn*.povci*.. — 2. Lisez : nn*.A*-Tion. — 3. C'est-à-dire : 11 y aura des pains.
loading ...