Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 654
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0182
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
,os4 ; v:n<... . o. k. amélineau :\r\ ■ .

nTpeTfÊtoK egomi eTciooirn c^cokaa ^ira>.ju.es.gTe nnpo UTCiooTn js.-yTx*.go epoc
ujd.nTOTJjLO'y Tupo-y ngomi ctciootth. oy neTcnrn^i^q 1 httioTVic e&o'A.'xe

x*.ne nec^nHTe oepaaieye x*.nemdwqujujne. HTepeqcuiTju. •à.e en^i n<3"i niiM
noTTTe nppo eeuv^iocioe2 i^qp ujnHpe exià/re ôvTOj ne-jsi^q nnequex? oie n*v\
x*.Ai.dkTe iienT&.TCiyione nenT^TTavxion epoo-y -se ^-tre^'y gn voT-*.à> h gx*. niHiV.
eic OTjmHHiye MujHpe ujhai ô.txi.o'Y eTÎie nosHp n^i Toojme &.n eTxxïiT^pHc-
Ti&noc 5 aJV.'A.Js. nis. Hge\<V.nH. n^TnoTTTe (-p*x-) ne neïg&HTe n^i nTôvird^'Y
gn Teino<\.ic ^qx*.oTT€ eTrxjtdw^icTpi^noe 1 nToq eqcooTn oiropeo'i.o^.oc ne
*>.Toi eqo itooT ' n^q ^q^ eTOOTq noiyxiHHuje axxaîktqi xtco ne-x^q <xe kum
egp^i euHxt.e iurTis.Ke TnoAic cioott ottkco^t ncTxt.uje'xn ♦V.a^'Y e&oA-
ngHrrc nT€TnKis.^c eTAid^em6 ttT^RO x«.no'A.ic nuut eTgà. na^xt^gTe eTn^TO-
TVoxxà. 7 eeipe x*.nenTô. t^i ^^q eireeipe naw'y n^i -xen^c ne<s^q epe t&xaiit-
epo n^ujoone ecximi efioA ec\ eocy xxne^c. îiTepeqTss enm nTis.noKpHcic *

embûches à ceux qui avaient remporté la victoire. Lorsque leurs adversaires
furent entrés dans le bain pour se baigner, ils se saisirent des portes du bain,
ils mirent le feu au bain jusqu'à ce que les (gens) fussent tous morts à l'inté-
rieur. Et que fera-t-on à la ville, car ses chefs n'avaient point pris de précau-
tions contre ce qui est arrivé? » Lorsque le pieux roi Théodose apprit cela, il
s'étonna grandement et il dit à ses grands : « Ces choses ressemblent à celles
qui ont eu lieu et qu'on nous a apprises s'être passées en Juda ou en Israël9 :
voici une multitude de petits enfants qui sont morts par jeu. Cela ne convient
pas à la chrétienté, mais ce sont œuvres de païens sans Dieu, ce qu'on a fait
dans cette ville. » Il appela un magistrien dont il savait qu'il était orthodoxe
et qui lui était fidèle, il lui donna une foule de soldats et lui dit : « Va en
Egypte, ruine la ville de Siout par le feu, ne laisse rien (debout) en elle, afin
que nous en fassions un exemple de ruine à toute ville qui est sous ma puis-
sance et qui osera faire ce que celle-ci a fait, afin qu'on lui fasse d'après cela,
afin, dit-il, que mon royaume soit stable en rendant gloire au Christ. » Lors-

i. Lisez : oy ne eTOTma^*.q. — 2. Lisez: ^ec2>.ocioc. — 3. Lisez : eTJunT^xipiC'ri*.noc. — 4. Lisez :
ep-5\m.*^icTpj*>ttoc. — 5. Lisez : eqo imgox. — 6. Lisez : eo"5\u.*.em. — 7. Lisez : eTn*.TO?Vii*.. —
8. Lisez : n.Tô.noKpicic. — 9. J'explique comme s'il y avait n&i ax*>Te enenî&Tigwiie neiiT*.irT*ju.oii
epooy tsc ^-s'a.d.-y, etc. Je crois que c'est le seul sens convenable. Il suffit d'admettre que la lettre ai a
été répété dans JJ.Ajid.-ic et que la lettre e a été omise ensuite, parce qu'elle se rencontrait déjà à la'fin
du mot.
loading ...