Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 668
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0196
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
668

E. AMÉLINEAU

iijs.ï oim ujwne iù nAi^oc juuui^v ne^pc ô^quco ncioq jumeqeiuiT juui neqciiH'y
^qujme itcjs. iicon nqAo g^pocy. jumncuic iiTepeqge (-1-) eirnom 1 ïteTfRepi^2
dvquj^ote nxijuidvi ôvIiok neie*V^^icToc eçÇpdajui n^ï eTin^-se njuuu.HTn Teno*Y
e») n\^ioc ; aijuuw ne^pc c&e ciotiouj efiion eTe^copes. nnHJiie i?ô>p Axom^y^oc
gjm ntxiK eTjuuu.^'y. a^non •a.e nenim eueitepHy kô^t^ TencTCPensa». j^too on
is.qTdwju.oi engopoi*.*.4 ju.nis.ppe'tYoc jum-xoeic ettTis.qoif(jon£ it^q efioA eqennoTK
jum mu}^-2£€ eitTô.q-xoo'y njs.q. e%.noK -^.e ô.ip gneM ec5"d>.£T ncioq \oinoit ôwItcoottïi
j».noK iuu.x».js.q juui necon encon ne icog^mwc ^nne*. p^Tn e&oAgA*. noTiouj
unnoTfTe jviikco nccon enneneioTe juin nencnHcy ^njutoouje juuiujoaat ujis.nTnei
epHc enjuionè.cTHpion iiTJs.nujpn uj^ose epoq eTe Tes.ï Te thoikioiii^ jutneneicoT
n^p^Hjut^n'^.piTHc > js.n&. ne>.£ioji*.o epe nxoeic ^ nTOOTn eqcooTTH nnen^iooTre
ev-yco eq-xi xnoeiT [sic exit).

II

(-<Ve-) is.qc£e\i noTemcTo'X.H e\.qTnnooirc enju.onA.cTHpion ose eic ^e juin «e

(ainsi), ô peuple qui aimez le Christ, il abandonna son père et ses frères, il
chercha à s'en aller, afin qu'il pût se passer d'eux6. Ensuite, ayant trouvé
une petite occasion, il parla avec moi, moi ce minime Ephraïm qui vous parle
maintenant, 6 peuple qui aimez le Christ, disant : « Je désire aller en Egypte,
afin de m'y faire moine. » Mais nous, nous nous appartenions l'un à l'autre
par la parenté, et il m'informa de la vision de l'Ange du Seigneur qui lui était
apparu pendant qu'il dormait et des paroles qu'il lui avait dites. Mais moi,
je consentis à le suivre. Du reste, je me levai, moi avec lui, avec un autre frère
à nous, nommé Jean, nous commençâmes à marcher7 dans la volonté de Dieu,
nous abandonnâmes nos parents et nos frères, nous marchâmes tous les trois
jusqu'à ce que nous fussions arrivés au Midi à ce monastère que je viens
de mentionner, qui est la communauté de notre père l'archimandrite apa
Pakhôme, le Seigneur nous aidant, dirigeant nos voies et guidant (sic exit).

II

... 11 écrivit une lettre, il l'envoya au monastère, disant : « C'est ainsi et

i. Lisez : eovKom. — Lisez : eTK*.jpi*>. — 3. Lisez : to n'<\à.oc. — 4. Lisez : engopd.ju.0.. — 5. Li-
sez : n*Lp9<MJU*.ifa.pïTHC. — 6. Mot à mot : Afin qu'il cessât (étant) sans eux. — 7. Mot à mot : Nous
plaçâmes notre pied.
loading ...