Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 672
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
672

E. AMÉLINEAU

gn uj^^nTq u^e npip tidt^piott ne^irp £OTe THpo-y TeqgH kkoti a*.ïi nno*
is.-ynojT THpcy. &.ïiok ^.e ôvioti k^i ïiottcok h^ht avj&uiR ep^Tq jutn&eicoT ^itjs.-
Atoq (-%-) s*e eic oe nr^cujcoite. n^eiioT ^.e ^qTu>OTSi nTeTîto-y a^qei enjuu*.
CTOTp £co& ngHTq dwquj?V.HA aoqgjutooc. HTepe ngp ujHpe îiô.'Y en^iK^ioc
^qis.«.s>.gTe iioira,. imecKceye eTe uj»kT<5'u>'2£e noHTO*y &.qnoûT egp^i cxion gooc
eqH\uoTOTT ululoii giTit TeneptMis. jumcjvTdat^c eTiigHTq. nôveitoT <^e eTOTa^&
«.^u^cch ^quj*\h\ egp^i enno^Te eq-xui aaaaoc -se nnoTTe ^pi no.eeire
At.neKn'X^cju.^ -se iteKeme ne ôvTtco TeK^mcon1 Te Kcooim n^^oeic «se nem^*».-
noc ju-Octc mtckoïKOOit2 "sut rtujopn. is.Tru> itTepeq-xe n^ï n&\ n^m^ioc ^q<2£ï
iUKà.K eiio\ n&i n-^.ôvïo.ouion gix npioxie •se oï epoK u> jlaôwIi^cch eKKJs.no'st
e&oAgAJL n^AJt^ iiujume co Sius. aj^couj ju.ii neicetvoc ^pïCTi^noc jul;v?V.\ctô>.
juLAjtoîid.^oc (sic e.rzY).

V

(-recto-) juvmaoc nuta. ns'oi'Xe imecriH'Y eTn^n^p^^e juxuom e-xi AAnecjuto'y

des cris, grinçant des dents, tirant des grognements de son nez, comme les
pourceaux sauvages : craignant tous devant lui, petits et grands, ils s'enfuirent
tous. Mais moi, je pris une audace de cœur, je courus vers mon père, je l'in-
formai, disant : « Voici la manière dont il est arrivé. » Mais mon père se leva
sur-le-champ, il vint au lieu où l'on travaillait, il pria, il s'assit. Lorsque ce
jeune garçon vit le juste, il saisit l'un des instruments pour creuser, il courut
sur nous comme pour nous tuer par l'énergie du Satan qui était en lui. Mais
mon père saint apa Manassé pria vers le Seigneur, disant : « Dieu, souviens-
toi de ta créature, car c'est ton image et ta ressemblance; tu sais, mon Sei-
gneur, que ce trompeur hait ton image depuis le commencement. » Et lorsque
le juste eut dit cela, le démon qui était dans l'homme s'écria : « O violence
pour toi, ô Manassé, tu vas me jeter hors de mon habitation! O violence! Je
suis en danger avec cette race, à savoir les chrétiens et surtout les moines
(sic exit).

V

. . . Ensuite le lieu de réception des frères qui passaient près de nous pour

1. Lisez : TCKgeiKum. — 2. Lisez : ivreKgeiKhm.
loading ...