Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 673
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
673

jutnneTOTr^».jQ juumcioc on iuu.& noTTtojui miecnH'y **.n ujul.x ns'oiTv.e niiKocjuu-
roh 1 u^j eTiiH'y ju\.n xinove eT<yine Atnenujme k^tjs. oTP^nH 2 nTe nnoTTTe.
jutnncdt tttk.1 juikiot \itcujuh enoTOOTe ïmecnH'y juh neT«H-y iyô,pon £jm xià.
tu**. e*2si AAnecAicy ju.nneTOirixi\i! jv.n*>. juies.njv.ccH jumnctoc jv.iikio(t) umTTr^oc 5
THpq jutnjutonjv.cTHpïon. nev.i THpo<y iit^ukotoy co iiiv-juiepivre gn Tecnioju.H
jutn^euoT eTOTr*>.^£i ôvJijx. ju.evn*.ccH e*.irco on Jv.q^ tcouj n^n eTpeimcoT jumciocyg
nnecnHCY ^tco ^qTnnocy nTeTncy nces. nenicnonoc n**.iocno?Vic giTjut noireg
cdvgne AJinnoTTe ô*qei gn oTSenn. nTepeqes -i>e ^ n^eicoT ng?V.?Vo iz\ nnecnHo*Y
THpcy ^nei e£»o?V. eTJvnMtTHm (-verso-) xinenicKonoc nenicuonoc -xe nTepeq-
tt&'Y cnsveuoT jv.qto7v.Jut. egoim epoq ^q^V nei eneqs'i'x *aiï TeqjmeeeHT nôvCïWT
•xe gioioq jv.qnjv.gTq egpjxi e-sjut nnjv.g jv.qoTioujT giTJUi neqT&fcio eTOUj Jxq"V
neqoTOï epoq. nTemio'y jv.qToirnocq n^i nenscnonoc ne neqpjv.n c*j*.p ne Jv.njv.
jv.&pjv.gjv.jui ne OTrptOAte ne eq'SHK efioTv. nTnicTic utnujHpe jumnoTTe eqjutoone
jumeq7V.ôvOC gn ^otc jun^oeic nejum TV.jv.j^'y n^ioosft gjui neqfnoc jv.7V.Ajv. neqo
née OTiv.PfeTvoc nTe nno^Te giTn neqnp^ic juin neqoTOJuj egoirn ennoTfTe.

recevoir la bénédiction du saint; ensuite aussi le réfectoire des frères et le lieu
de réception des laïques, qui venaient de loin vers nous, nous visitant selon
une charité de Dieu. Après cela, nous bâtîmes le jardin de légumes des frères4
ét de ceux qui venaient vers nous de tout lieu pour recevoir la bénédiction du
saint apa Manassé; ensuite nous bâtîmes tout le mur du monastère. Tout cela,
nous le bâtîmes, ô mes bien-aimés, dans la connaissance de mon père saint
apa Manassé; et il nous donna aussi l'ordre de bâtir la synaxe des frères. Et
sur-le-champ, il envoya vers l'évêque de Diospolis par l'ordre de Dieu ; l'évêque
vint avec hâte. Lorsqu'il fut venu, mon père le vieillard prit tous les frères,
nous sortîmes pour rencontrer l'évèque; mais l'évêque, lorsqu'il eut vu mon
père, il se précipita vers lui, il baisa ses mains et sa poitrine. Mon père aussi,
se prosterna sur la terre, il adora par suite de sa grande humilité, il s'appro-
cha de lui. Sur l'heure, l'évêque le fît lever, car son nom était Abraham,
c'était un homme parfait dans la foi du Fils de Dieu, qui paissait son peuple
dans la crainte du Seigneur; il n'y avait nulle défaillance en sa vie, mais il
était comme un Ange du Seigneur en ses actions et son amour pour Dieu.

i. Lisez : iiiikocxiikoc. — 2. Lisez : k*.t*. OTACiUH. — 3. Lisez : julitiei^oc. — 4. Cela signifie
qu'on entoura d'un mur l'espace réserve pour cultiver les légumes, comme c'est encore la coutume au-
jourd'hui dans les couvents coptes.
loading ...