Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 694
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0222
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
694

E. AMÉLINEAU

•xe ny^c ïc eqe^- 3oxx iihtii eoscon efio"A. juineTn&ioc gn ottMso. ^-uj\h<V eTpe-

TeTttOVXÔU ÏITCjùTU glOTTH's'Ttl UjAhA CSUiJ. lteTlipCOiUte THpCY ^\thk Ujme

epuiTU ôkTroo ceujme enjLià. Tupq neTgjm ne^c Pô^p ic iuumn ncop-x ujoon iiô^
un «CTepH'y &.uoit c^p THpu «aton OTb< gui ne^c ic. -^unne epooTii ottxôvï
oax TTxoeic. — jls.cotchc neseX^^icToc H^p^HiuiSvH^piTHc 1 neTcg^î nnequje-
epe jusjmiKOc ctottho^ gu oeneeTe nxw tcttjui^ôv'y nnom sjlw. nuo<^ ^^ipeTe.
\e. — g t\ oh xtnuj^Qse ^ujsne ecyon hïjui eip goTe gHTq jutmsoeïc Tency
^■n^p^KJvÀes AAAiooTïi gm npôat jutnen^oetc jc n^c eTpeTCTug^peg epcùTn
exiAieeire i' i :s<\o jl* ju.n'Xà.sse h&.ï HT^qpeng ovaahhu}€ ugHTO'y ^t-^ oce nTCT-
«yi nei egotrn enesToogm eTOT^ôJi. nujopn n^o^oou «.npcojLte ne nT&feo

JUS.TtCCÙAA<\ AAUUCOK- M-JUteCTC tT'2£^gJL«. eTJUtTpeqK&Js.'y CgJUlOOC gAJL neqgHT

(-pie-) ô^tco ou ittMio JutneqAôvC ujôvpe n*\^c o^p goiuiq on ^com nptojue
Kes.ïi OTJt^pocuoc ne ovà. uj<\pt" ii'A«\c «2Sik.gjLi.eq eT&e n\s poeic epocmi enei-
rot! iJumcAoc eTe nTV-èvC ne se nneq^togA*. juuieTHcioiiAà. €tq-yd^fi. tk^tsv-
'A.ôv'Xiôv r»dvp p oT'Xi^ijuitoïijon2 ne ejneqcjuune eneg ot^c jutequà. ptojme ecjmme

ira. Mais que le Seigneur Jésus vous donne la force d'accomplir votre vie clans
la pureté. Je prie que vous soyez bien portantes, priez pour moi. Tous vos
hommes près de nous vous saluent et saluent tout le couvent3 ; car ceux qui
sont dans le Christ Jésus, il n'y a point pour eux de division, car nous tous,
nous en formons qu'un en Jésus le Christ. Je vous salue, portez-vous bien dans
le Seigneur. — Moïse, ce minime archimandrite, écrivant à ses filles spiri-
tuelles qui habitent clans le couvent, avec leur mère, petites et grandes, salut.
— Quinzième (lettre). — Avant (d'aborder) le sujet, je salue quiconque craint
le Seigneur. Maintenant, je vous exhorte, au nom de notre Seigneur Jésus le
Christ, à vous garder des pensées impures de l'ennemi, celles par lesquelles il
a consumé une foule (de gens), qui ont endommagé leur entrée dans cette
vocation sainte4. Le premier bien de l'homme est la pureté du corps, ensuite
ne pas laisser les pensées impures s'asseoir dans le cœur, et encore la pureté
de la langue, car la langue souille aussi l'homme ; quand même quelqu'un
est vierge, la langue le souille. C'est pourquoi gardez-vous de ce petit membre,
c'est-à-dire de la langue, de peur qu'il ne souille votre corps pur. Car la
calomnie est une chose démoniaque, elle n'est jamais solide et ne laisse point

i. Lisez : ii^p^iJUL*-ii'2vpiTHC. — 2. Lisez : oiy2k.ô.iAj.oniOK. — 3. Mot à mot : Tout le lieu. — 4. C'est-
à-dire : Dans le monachisme. . • . ■ • >.. -
loading ...