Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 729
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0257
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MATTHIEU LE PAUVRE

Tfs^iW\ioH iiTepe neegôvs es equ^utoy ^qsooc u^c se jlut^soi e^omi en-
Tonoc »^n^ aaôvOo^soc eiui^iiej efioiVgii ccojutà. ^tco tkottj u^pi^ 1 eTe oira-
t&.ïk cptouje epo £cou)t€ ujiv negooy imnoTAicy. eic^HHTe julu ujHpe uioon
h^h 'AomoH &lù epeïpe «.n^juieeTre OTrripocqjo- (-itt«-) pa>. se is.noK otre-
iîjHti n^Tpoiime. npcojute se HTepeqâjto'y ^ nsi^fto'Xoc êiok egoTii eTecoiJu.e
rt£s&q n^c se ep n^iyeene tiottscs epo n^uj iicje UToq neTe^iiuj2 juuulo.
j^ÀÀ^ ne^JiC se uj^ikôw nsos ii^i ^too neTeqii^siioq k^tô. pojume ïiToe
usines. OTfToe TduoHg epoc ju.ii H^ujHpe ^mo ottoc utôv^- \iTenpoc?Çop^
un^oM ugHTc TKeToe g^tooic ujôwïsootc eriTonoc hô>.it^ «.^e>e^$oc. ^voi îiTepe
Tec^ixie se jueeTe en^s o_jul necgjttT jmn^Te uht \igocy ujcone x se gn
mieeq jumsoi ej eneeHT eT&^fïtr'Xccm ^qT;sju.oc se evirnot? 3 UTH'y tiooth esuni
g^gTjm nTocy n^Atomi nsoi t\ko ^ttco kcujojl».ut «puijuie gu weTTô.'iV.HTe
nsoi xxoy &nep Teu^out THpc jumeneujaren 'Xô^'y £U Tf\^pTC jutnsoi se

lorsque son mari en vint au point de mourir, il lui dit : « Donne ma barque
au couvent d'apa Matthieu, si je sors du corps4, et le petit bien que nous
avons te suffira pour toi jusqu'au jour de ta mort. Voici que nous n'avons point
d'enfant; du reste demeure faisant mon souvenir dans une offrande5, car je
suis un malheureux qui n'a pas de parents. » Mais quand l'homme fut mort, le
diable entra dans la femme, il lui dit: « Comment te déferais-tu6 de la barque?
C'est elle qui te nourrit. — Mais, dit-elle7, si je garde la barque pour moi et ce
que je gagnerai chaque année de parts, j'en garderai une part pour moi afin
que j'en vive avec mes enfants8, et une part, je la donnerai pour faire l'offrande
pour mon mari, et l'autre part je l'enverrai au couvent d'apa Matthieu. » Et
lorsque la femme eut pensé ces choses en son cœur, dix jours ne s'étaient pas
écoulés que l'un des matelots de la barque descendit à Babylone, il l'informa,
disant : « Un grand vent s'est élevé contre nous près de la montagne d'Amoun,
la barque s'est perdue et trois hommes aussi qui étaient montés sur la barque
sont morts : nous avons employé toute notre force, nous n'avons rien pu
garder de la cargaison de la barque, parce que la (barque) a péri. » Mais la

i. Lisez : n^pei*..^— 2. Lisez : ne eTC*.s\uj. — 3. Lisez : d.iraoiS'. — 4. C'est-à-dire : Si je meurs.
— 5. C'est-à-dire : Pense à faire des offrandes pour moi. — 6. Mot à mot : Transporteras-tu. — 7. La
phrase qui se rapporte d'abord au démon, passe ensuite à la femme et montre que le démon lui avait
souillé ces pensées. — 8. L'auteur a oublié qu'il vient de dire que le maître de la barque n'avait pas
d'enfants.
loading ...