Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 734
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0262
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
734

E. A.MÉLINEAU

suas, ixn neTeuj^TnTO'y eneqTonec eq^ Aopoc g^pocy. oecopej n^n noius/y
eneiqToo-y junpoconon ' eTCA. mootîi ïmemir\H ^isu neeponoc iiçtcoTrtono'Y
is.Tto jieqTCKc thmJûc 2 epe oy ite^i os-îk otô. se n^j ne &.trrumioc n^i ne n^-
gtoju.o n^i ne oeo-^iopoc utn neTpiomoc n^s ne j»ot^ ujenoTTe n*. nTocy
Uô^TpHne n^i ne is.n^ jut^k^psoc n^ nTOO'y mujiht hm ne n'XooœeTHc imnei-
xtHHiye MxaJLon&y^oc. MtoK £n OTgoTe jutn otctu>t èviT^go juuuioi ep^T
^Tto ^in^gT eTpôvOTtoujT n^"y e^x*. n^go er&ax hk\^. ne-se ottô. ïitte-

Tis-^epxTcvY eqo jumeciAOT noTmoT^pioc epe 6irK&3V.dJu.dk.pson gn Teq^i^ ^e
jli>\oo<\\oc 3 Tiocnm t^^h 4 ncJatoK eneKjmonèvCTHpjon ncesne nnen'xiocoju.e
ttfojuLboc egp^i nc1^- «Voiroc jmn€Kutonô.cTHpion *2se ceu^^juL^gTe jujliok epoq
u» neniyHpe xtuion^^oc eTg^gTHK em; qon£ n<?i nnoTTe «se ujà. gjp^i
eD'fitTOAHD noTcoT x*.n crycon nuj"\H<\. ju.n ommcTSis.7 nTà.-y&oAc e&oA n&i
nujHpe xtneKiuiOHôkCTHpion ^oopic ^hôv^kh nujcone ngcnro ^e îi^oto t^i^-
koiu^ jmnpo eTe t^ï Te Td^ôvnH eujoone dvTeTniyoone n^ineAnc cen^uj^^TR
juutAocy n^nTooc eiTe g^pcm eiTe g^ neKiuHpe juju-on^^oc n^i o^p een^d^-

assis près de luis, rendant compte pour leurs enfants par l'habit et ceux qu'on
a menés vers son couvent, il rend compte pour eux. Voici pour toi, regarde
ces quatre personnes à l'intérieur de ces portes sur les trônes afin que tu les
connaisses, » et il mêles indiquait du doigt un par un, disant: « Celui-ci est
Antoine, celui-ci Pakhôme, celui-ci c'est Théodore avec Pétronios. celui-ci
est apa Schenoudi, celui de la montagne d'Atripé, celui-ci est Macaire, celui
de la montagne de Schiît, ce sont les logothètes de cette foule de moines. »
Et moi, dans une crainte et un saisissement, je me tins debout, je me pros-
ternai pour les adorer sur mon visage par terre. Quelqu'un de ceux qui se
tenaient debout, sous la forme d'un notaire ayant son calame dans sa main :
« Matthieu, lève-toi vite, va dans ton monastère, apporte tes livres, assieds-toi
afin que tu rendes compte de ton monastère, car on se saisira de toi pour cela,
ainsi que de tes fils, les moines qui sont près de toi; car vive Dieu, jusqu'à
un commandement, une prière et un jeûne qu'auront violé les enfants de ton
monastère sans nécessité de maladie, et surtout, surtout la cliaconie de la
porte, c'est-à-dire l'aumône, si vous avez été négligents, on te les demandera

i. Lisez : junpocconon. — 2. Lisez : iteqreK thh&e epocy ka.i. — 3. Lisez : aj.*.t^ô.joc. — 4. Lisez :
t^ÎXLY- — =;. Lisez : enei. — 6. Lisez : eoireiiToAH. — 7. Lisez : imcTei*.. — 8. A quoi se rapporte ce
pronom? C'est ce que chacun pourra chercher. Je regarde tout ce passage comme corrompu.
loading ...