Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 739
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0267
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE PAMIN

739

ncx^q KdtCj gu oTofcfsïo se na^oeic \ieiojT rmoTTe neTcooim 1 no tofi mua se
K^coovït ^vi itoioft îv-^utiue enTHpq j^'A/A.jv ht^icï eneiAià. cm. na.- (-h-) oht

THpq €Tpô^p AlOllA^OC t^oo Oà. OdvïflC ïlîl€Tltig?VH^V. ^TOO ^"nicTev* emioifTf.

■se neTit^HT u^âjrroH et&hht. ^itci 2 e-yxoo hum um ueTepH'y ^qToogui eoomt
oajl npo noe\ifCT€ naTi n^pD£o>H cpc ^n;v n\um o\oTHq HToq aau îiequjHpe
^tio cm KooTf cttô.'Xh'y ctottho ïtcooq. vtTfpoTAAeuetre ! -^e xt.AJtoo'y xinxp-
«^Hui^U'i.piTHc4 ^qo-yegcôvone eTpeTCHTCY eooTii UTepoTei •à.e e^oT» ^T»<vy
e^nà. n^umi eq^oep^Tq equjôv'xe jliw niioff npcOAjtc. HTepoTitx'y epoq ^v-

pïUte ctsco sl3lslxoc €t&€ 0*y ^kêcùr ^k"\o 0\pO)l (llyT€IÇ>€ THpC CHJOOn C*^p

n&i T^c^iAie gn otthos' nA^nH ct&hhtk co n^ujHpe juiu otoii mai. ctc^a*.
nô,Hi. ii^it^AioTTe (3<z epoii aai se oirnepeTHc ' tram enem&'Y ^"Wô». emôv-
aaotttê epoR se n^cou ôvTOi n^iyfeftp u^-n^AioTTe epoK îtsm eneïtià.'Y se
feene [sic exit).

Lorsque le saint apa Pamin eut entendu ces paroles, il lui dit avec humilité:
« Seigneur mon père, c'est Dieu qui connaît toute chose, car je ne connais pas
du tout une œuvre de cette sorte ; mais je suis venu en ce lieu de tout mon
cœur pour me faire moine, afin que je reste à l'ombre de vos prières, et je
crois en Dieu que votre cœur aura repos à mon sujet. » Comme ils parlaient
encore l'un avec l'autre, le magistrat, chez lequel était apa Pamin, frappa à
la porte avec ses enfants et d'autres gens montés (sur des bêtes de somme) qui
le suivaient. Lorsqu'on les eut annoncés à l'archimandrite, il ordonna de les
introduire ; et, lorsqu'ils eurent été introduits, ils virent apa Pamin qui se
tenait debout parlant avec le grand homme. Mais lorsqu'ils le virent, ils
pleurèrent, disant : « Pourquoi es-tu parti, as-tu cessé d'être sous nos (ordres)
ainsi; car ma femme est dans un grand chagrin à cause de toi, ô mon fils,
ainsi que quiconque est en ma maison? Certes, depuis cette heure je ne
t'appellerai pas serviteur, mais je t'appellerai mon frère et mon ami ; je ne
t'appellerai plus depuis cette heure mercenaire, mais. . . » [sic exil).

i. Lisez : ne ctcooitii. — 2 Lisez : en. — 3. Lisez : ju.H«eire. — 4. Lisez : ^p^iui^it'i.piTHc.
5. Lisez : o-yriHpeTHC.

9!
loading ...