Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 744
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0272
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
744

E. AMÉLINEAU

OU OTnUtUTJUldJK^pïOC «\T(>> SvVTOJLtCq £U OTTT^eïO juuï ueqeiOTe ït^ï ht^TUjoone
gis. TeqgH ^ttkAw^ict^ 'if oïi «ReoTr^ eneqjuta». eneqp^ii ne ^fcp^oivjui.
n^j ou ne OTUjnHpe ne o ma neqfuoc ^Tto on ne OT-^Tm^TOc ne on neq^peTH
euin vq&omjl aajuloh eujà.'xe eTeq^u^cTpotïïH. o_a*. neoToesiy «^e eTju.ju.aw'y ô.qKïut
n<5"ï mà.ïà&o'Xoc ene^ïAtcion1 <vto> ^qneoce noTujTopTp e-xn tcrrAmc^ .ttu-
•2soeic cMui nTpeqnegye ot« u^i OTrppo eneqpis.it ne lOTrc^m^noc2 nis.\ •i.e nepe
neqoHT t^kh^ <\to> epe nequoTrc copjut eq*\oÊe n<Yï£ie nno^ipeTunoc
nTepeqoxtooc e^ax ne^ponoc ^q^" neqgHT csu ïijjmrrpeq,2£i ot& u^ptoc
xxn necToopioc4 js/tco n^.ojmoc; luVeuin n^cefmc. "\oinon ^qco^ï noirenicTo'\H
eTe^iopis. THpc itRHue ujà. nemcnonoc (-»&-) k^tô. c\to) ncrycoTAienoc6
nuiAAOii^cTHpjon «seu^c e^rn^ÊcoK uj^poq eTnoAic nTxtnTepo ^qcg£vi ujà.
nneTOT^^& eoiis. d>.£ip&.gdiJU. nes.i eTO nojrco-yiuteuoc7 A*nèooY juineoToeïUj erjut.-
At.\y -ateK^c equesJîOOR ennoxieT^Tion neqjurdaiT^ epoq. nTepeqn^y «^.e enec-
om juinppo ^qisj u nei.xq \iReqToo,y ncott gdtjmoi on ene utneq-siToy UJUiAi^q
ô.qT<jooTrn &.q&um ujis. nppo enROAieT^Ton8. nTepoTJutene-ye9 aam.oo'y Atnppo

dans une félicité, et ils l'ensevelirent honorablement avec ses pères qui avaient
été avant lui ; mais ils établirent aussi un autre (frère) à sa place dont le nom
était apa Abraham. Celui-ci était aussi un prodige dans sa vie, et c'était un
puissant dans ses vertus, et nul ne peut dire sa conduite. Mais en temps-là. le
diable suscita la tempête et excita un trouble sur l'Eglise du Seigneur, en
faisant que s'éveillât10 un roi dont le nom était Justinien ; celui-là, son cœur-
était perdu et son esprit errait, fou de la folie des hérétiques. Mais lorsqu'il se
fut assis sur le trône, il adonna son cœur aux blasphèmes d'Arius, de Nesto-
rius et au tome de Léon l'impie. Du reste il écrivit une lettre à tout le pays
d'Egypte, (adressée) aux évêques en chaque endroit et aux hégoumènes des
monastères, afin qu'ils se rendissent vers lui dans la ville (capitale) du
royaume ; il écrivit au saint apa Abraham, qui était hégoumène de Peboou en
ce temps-là, afin qu'il allât au palais pour le rencontrer. Mais lorsqu'il eut vu
les lettres du roi, il prit avec lui quatre autres frères, plût au'eiel qu'il ne les
eût pas pris! il se leva, il alla vers le roi au palais. Lorsqu'on les eut annoncés

i. Lisez : enei^eixiwn. — 2. Lisez : loircTitti^itoc. — 3. Lisez : ruto^ipeTiKOC. — 4. Lisez : itec-
Topioc. — 5. Lisez : utojuioc. — 6. Lisez : ii£mx>"s\jAenoc. — 7. Lisez : ïi^HuoiSMieiioc. — 8. Ce mot

est orthographié plus haut KOiieTJvTioit. — 9. Lisez : JULHne"s~e. — 10. C'est-à-dire : En mettant sur le
trône.
loading ...