Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 774
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0302
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
774

E. A.MÉLINEAU

jumiccac j^quj'XH'X ^qciVrtoTq efcioK eiysHT equjione ou oTiios" np^uje epe
n^cicte'\oc jun:xoejc ujoon îtô^q \ipju ^jh. ^ nèvtir,e'\oc xin-soeic ottoh^cj epoq
eqo ju.necii.OT itoTro_?V?V.o npju c (sic exit).

III

(-<v.-e-)^t&ioK tiô«.'y. ne'se nomouojuoc sse k^cootth -sïiT^TfiooK 1 ctêc o-y.
^qKe«\.eTC CTpoTeiipi^e2 jujuoq uj^iiTeqTôyjuoq e^co£s iuju iiT^Tiyoone. ne&e
noinonojuoc iii^q ^junpgioTe 3 epoi ^tio miok ^-h^t^juok ctjuc à. n^ï u^p «se

c^ajiotha n^CKITHC 4 ^qp ' OTllOlî UOiVeHKHClC nJUJUOHdv^çoc CqT^eiO JUJUOK

nequjivse eqeipe juajlok upeq-xi otôw nq^to jujuoc •xutok7 ivtk OTnoirà.iM

H^Ôw'XkH'^.OJÏI u^tuottc «^TUl ou "XnOJUnUJiS. S i^h HO'UJkfe sitootk o coc i^p2£h-

entcnonoc } h eKOincoitei ujuju^k £o"\ioc kô.t^ 'A.i^'y iicjuot. eTiie n^i ^ jujuo-
n&y^oc cootju. uctoq ^T^ii^^oapeï HA'y THpo'y n^cc&Hc -*.e UTepeqcooTJU
e»e$iy<v2£e THpo'y awq^tonT £u otiioiî neTJUoe ^qoTioju ucô. neqcnoTO'y gu
ot^oout eqoyj ^tco ^qc^oo'y ju.nosKOivoxt.oc «h nxion^cTHpiou m» jujuo-

dans une grande joie, car l'ange du Seigneur était un compagnon de route
pour lui. L'ange du Seigneur se manifesta à lui sous la forme d'un vieillard
à (cheveux blancs).....(sic exit).

III

«.....ils s'en sont allés. » L'économe dit: « Ne sais-tu pas10 pourquoi ils sont

partis? » Il ordonna de le frapper11 jusqu'à ce que l'économe lui eût appris tout
ce qui avait eu lieu. L'économe lui dit: « Ne me frappe pas et je te dirai la
vérité. Cet homme, Samuel l'ascète, a fait aux moines une grande catéchèse,
te blâmant, t'appelant blasphémateur, et il disait que tu étais un juif chalcédo-
nien,un athée indigne défaire lasynaxe comme archevêque, indigne qu'on soit
en communion avec toi d'aucune sorte. C'est pourquoi les moines l'ont écouté
et ils sont tous partis. » L'impie, lorsqu'il entendit toutes ces paroles, s'irrita
d'une grande colère, il mangea ses lèvres dans un grand courroux, il maudit
l'économe, le monastère et les moines, il s'en retourna par un autre chemin et

[. Lisez : se nTô."5~fecoK. — 2. Lisez : eTpOTTriipi^e. — 3. Lisez : se jutnep^ioire. — 4. Lisez : n&c-
khthc. — 5. Effacez 0. devant n^i ou lisez a. n. . .p o^no^ — 6. Lisez : uk^-e-h^dHcic. — 7. Lisez :
se irrou. — 8. Lisez : se uuJuiniyA. — 9. Lisez : ^p^ieniCKonoc. — 10. Après mûre réflexion, je ne
crois pas qu'il y ait faute dans le texte, comme je l'ai dit dans le Journal asiatique: la réponse ainsi
entendue est plus sanglante pour le patriarche. — 11. Mot à mot : Le violenter.
loading ...