Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 802
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0330
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8o2

E. AMÉLINEAU

neïgoofc c*^p nn^Tpi^p^Hc ô.fip^a^.1*. ^j^Konei en-xoesc xx\\ ïieTitxtjm^q
nujHn nc^ otc^. uinfioA KTecR-yîiHj^ttio HTepeqccoTjui it(?j aoiis.

^icmHcioc 2 à. neqçmT toot e's.xx no co& k^t^ ec ïiT*>.quj^«xe nixui^q.

(-ir*-) hcth otco lime -^.e epe necnoq 3 £Js.poc iiotho<î uoTroetuj ecnrc eirno-
AiTeTciAenoc 1 îitc neiTeiiTtope ^^rto ttTepecctoTju. ^e epe ^n*. ^lonncioc > n^-
êol»r ujà. npoojme uinîioTTTe ^n&. n^oioti ^ctiooth ^cfctoK ig^poq SkCA.^.ïO'Y
juuuioq '2*e -^cootii neKiy&Hp ne npoouie utnnoTTTe ôviiiv n^ooj** ^-o?ru>uj
eTpen^ïT ujispoq Tdai^-y epoq ^-mcTe^e ^e eiuj^midv'y epoq julul^tc n'xoeie
sia^ u\s ju.riTivîYs'o. ïiToq ^qneioe e^xi no uoii eficwV^e qcooTîi îiTJLt.a>.CTiu«t6
eTp^rawc. UTeTiioy ^qT^TVoc eTrosos7 ^Tei eo ht uj^ neneitoT n^o iùsuL. ^nô.
•xsohhcïoc 8 -xe ^qfetoR epovK uj^poq avTOJ jutimc^ Tpeqoirco equjjvxe njuiJUL^q
eT&e uecuH'y uT^qnop'xo-y efco'X xiimccoc ô^q^wy juxioq <x.e. -^otooii} eTpeK-
Tcocryii itTitfio)K e&oA enu\ itinpo eT&e nesgioft uiMt^tMièvion. wroq (-ne-) '2xe
^qoTô>pjq Mco>q ujàvHTeqei efio^ enu&. xiinpo u^eneeTe ^tco ^tojliooc ^Tfujdv'xe

couvent, qu'ils ne voient quelques-uns des néophytes, qu'ils ne prennent
scandale. C'est pour ce sujet que le patriarche Abraham servit le Seigneur et
ceux qui étaient avec lui sous l'arbre, dans un lieu écarté, en dehors de la
tente. » Et lorsque apa Denys eut entendu cela, son cœur fut persuadé sur la
chose, selon la manière qu'il lui avait dite.

Or, il y avait une femme dont le sang était sous elle depuis longtemps;
elle appartenait à un magistrat de Denderah, et quand elle eut entendu dire
que apa Denys allait se rendre vers l'homme de Dieu, apa Pakhôme, elle se
leva, elle alla vers lui. elle le supplia, disant : « Je sais que c'est ton ami,
l'homme de Dieu, apa Pakhôme; je désire que tu me prennes vers lui afin que
je le voie ; je crois que si je le vois seulement, le Seigneur me donnera guéri-
son. » Et lui, il fut persuadé sur la chose, parce qu'il savait l'affliction qui
était sur elle. Sur l'heure, il la fit monter sur une barque, ils naviguèrent vers
le Nord, jusqu'à notre père Pakhôme. Apa Denvs entra vers lui et après qu'il
eut fini de lui parler au sujet des frères, qu'il avait séparés, ensuite il le sup-
plia, disant: « Je désire que tu te lèves, afin que nous allions à la porte, à
cause de cette chose nécessaire. » Et lui, il le suivit jusqu'à ce qu'il fût arrivé
à la porte du couvent ; et ils s'assirent, ils parlèrent l'un avec l'autre. Mais la

i. Lisez : CKHitH. — 2. Lisez : ■Aiorrycioc. — 3- Lisez : necenoq. — 8. Lisez : eoTno'AiTeTjmenoc.
— 5. Lisez: 'à.ion.YCioc. —6. Lisez : htu.*.cti^. — 7. Lisez : eoiraoï. — 8. Lisez : ^lOitTcioc.
loading ...