Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 806
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0334
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8o6

E. AMÉLINEAU

g^pe£ ïiciv €*h TnnicTeTe (-q-) *2te ck*jultou. irrepe necettoT ■à.e ccta*. neïuj^-xe
A>qujTopTp julhhcooc Jvqsru) eqgy>T£T mjlmxoc ïitoc *à.e £vqgojuLo"\oi7eï a*ne«Tô.c^ô.q
*«.t(x> ô^cepHT eg^peg^ ncà. eTJUtp noÊe emsoeïc. ^tco îtTeige evquj'W «troti 1
uue£ ^qcsootrq iie^c eJ^oX nTepecTdvgc jujuioq gn ommcTic ^c\o £jui np^n

^ Keoira». «^.e ou eme jutnequjHpe uj^poq eoTSi OT'à.is.iAAOim ck<\.Hpoc2 ngHTq
evT'o ^q^io-y JU.JLt.oq eTpeqiUiVHX e*xu>q. ïrrepe nemooT -2k.e n^guyt*. egomi
e^eueeTC akq,xoo'y ncon eTAtnjm^ jumpo £kjùk wc^s otocir gn kocik îmecuH'Y
n^'SïTq eiio\ **.n^ï eTepe nequjHpe ujcoïie ^TOi n^csooc u^q -xe TAixie nenujHpe
elio^gM. neioem is.Tco n^nicTCTe emsoeic qu^Td^^oq. (-q^-) nTepeq-siTq <xe
h^i neuoT juinujHpe ujhjul ^.qoTcoujT epoq îiujoumT ncon juluucooc ju.nn^'Y iit^
nequjupe guo ô.qqi othotti gA*. noem e^qTô^q juut gen kcoïk 5 ^qn^^'y g_*>. pooq
junequjHpe. nTepeqgxtooc "*.e eoTiojm ô^qo-ycoxi nnoesn neTxxAA&y -xe juneq-
cxiog^ epoq. jumnccoc à. neqnoT otcoîi ng_en &une juin g^eît gd^uiji*. jaques £eu
kotï g**, noem enecHT epocy neTjuuutJs.'Y ou ^qoTcoxi x&suLooy ô^qnex

qu'elle la gardera dorénavant, nous croyons qu'elle sera en repos. » Lorsque
son père eut entendu ces paroles, il fut troublé ; ensuite il resta à la scruter ;
elle confessa ce qu'elle avait fait et promit de se garder dorénavant de manière
à ne pas pécher contre le Seigneur. Et ainsi il pria sur un peu d'huile et le lui
envoya, et quand elle s'en fut frottée une fois, elle fut guérie4 dans le nom du
Seigneur.

Un autre lui amena son fils dans lequel était un démon difficile et le supplia
de prier sur lui. Et lorsque notre père Pakhôme entra dans le couvent, il
envoya le frère portier, disant: « Va, prends un pain des frères, porte-le à cet
homme dont le fils est malade et dis-lui : Fais manger de ce pain à ton fils et
crois dans le Seigneur, il le guérira. » Lorsque le père du petit garçon l'eut
reçu, il l'adora trois fois ; puis à l'heure où son fils eut faim, il prit un peu de
ce pain et le mélangea avec d'autres pains et les plaça sous la bouche de son
fils. Mais lorsqu'il se fut assis pour manger, il mangea les pains, mais il ne
toucha pas à celui-là. Ensuite son père ouvrit5 quelques dattes et quelques
fromages, il jeta quelques petits morceaux de pain parmi eux, mais celui-là
encore les mangea, il jeta ce qu'il y avait parmi, il mangea les dattes et les

1. Lisez: eo-FKOin. — j. Selon les règles ordinaires, il faudrait; ncK^Hpoc. — 3. Lisez : ueoeiK.—
4. Mot à mot : Elle cessa d'être épileptique. — 5. 11 faut sans doute lire oifwju. et traduire: Mangea.
loading ...