Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 810
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0338
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8io

E. AMÉLINEAU

gooft itTeiiume. ïrrepeqîtAY ^e 566 Junoirr^is.q nis.q &qgj\,se (_I4C~) 31111 »ct-

•XIXKOItï 1 -Xe ^ju^gTC jujuoi tlTCTIt^ST JUITemOOT. ôwTU) KTepOT'2SïTq Kô^q ^qïlSv'Y

epoq ^qp ujriHpe ^e kt^qiO'xït ît^uj nge gn Teqcjvp^. ^toj cti eqs'uiujT ncooq
eqaoropi2 iiTeimo'Y ^im rroti iiotootc eTpeqoirooju. iiToq -xe i^qjsuj ivgoju
eqcsoi xt.iu.oc oie co npeq-s;! go e^pjs. ecTum ootc juimoTTe eneuiepe neT-
giTOTocm iiTenge. iutH viTCTnit^'y j^it enescou ttee irre^qp rwooc crke oy juncm^
ïi».q JunenT^q^iTi3 jujuoq. n-xoeic neTcooTîi+ -xe siTeTiiTju^ n*>q JunenT^q-
•xooc eT&HHTq rmeioTruiJU OTTk.e imeicu) xi.li ^Mà^opà. c^p ujoon gn ujocme
eujocme juh ximk ïiiju ceoT^ô>£< imeTOTô>*v£i rxàA eq-xto jujuooy nepe

neqfi^TV pjueiH eko\ t*^p -se h^- xnieuuà. ^ît esc gen gocy ô.X'X.ô. eusifioX
eucogc k^ju nem&.K^^q ^ît ne gui nentos" eïiJUKJvg \igHT. nreimo'Y oircno-y-
■à^e i^s-'^.ooy ^Tiuen otkotï juju^c it&^june ^-ycjusiTq rôvTVcoc (sic exit).

Lorsqu'il vit qu'ils ne lui en donnaient pas, il parla aux servants, disant :
« Prenez-moi, menez-moi à notre père. » Et lorsqu'ils l'eurent mené vers lui,
il le vit, il admira qu'il5 eût duré dans sa chair, et comme il6 le regardait
encore, tout étonné, sur l'heure, on lui apporta quelques légumes à manger ;
mais lui, il gémit, disant: « O gens qui faites acception des personnes, où
est donc la crainte de Dieu qui a dit : Tu aimeras ton prochain comme toi-
même? N'avez-vous point vu ce frère comme il est devenu os? Pourquoi ne
lui avez-vous pas donné ce qu'il demandait? Le Seigneur sait que si vous ne
lui donnez pas ce qu'il a dit, je ne mangerai ni ne boirai, car il n'y a pas de
différence entre maladie et maladie. Est-ce que toute chose n'est pas pure pour
les purs? » Et en disant ces choses, ses yeux versaient des larmes : « Car, dit-
il, je ne suis pas ici depuis longtemps; mais, si je n'eusse été dehors à mois-
sonner les roseaux, je ne l'aurais pas laissé en cette grande affliction. » Sur-
le-champ, ils firent diligence, ils envoyèrent, ils achetèrent un petit chevreau,
ils le préparèrent bellement (sic exit).

i. Lisez : rieT^.i*.KOtiei. — 2. Lisez : e*.qs>Tiopei. — 3. Lisez : Ainerrr^q^rrei. — 4. Lisez : ne

eTCOOTn. —■ 5. C'est-à-dire : Le frère. — 6. Il s'agit de Pakhôme.
loading ...