Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 832
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0360
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU

(**)«; TeTiinjcTJC e^iip nio&ttj ïmengice THpo-y. &.n2£€ otmhh«j€ iiiu&.'xe ue^q
eÊo'Xou («ejirp^rÇH e^n-xooc u^q ose qcH£ ose jvrr\ neT-soce u^k juuuLà. aaïkjût
*xn neeoo-y n^gtou eooTii epon juin aa^ctio^. 1 tt&.gu>n eoctîi fn?kwi\ îiujione
^ttco ou ne:x^u ttè>.q ose n^c eTKTjvospH'y erxcoq ovu &q*jl uuutoq e^f^ojut u&k
ou £io& siijl*. îtô^iveon ^Tto nToq neTi^TOTfsoK2 uquioT uc^ ucK^sioseeire
THpo*y HTqoTO'Y3 eiio<V. ^too nesse nppo ii^vi ose uj'XhX e^toit. ^too ôvtton
puiioîi neotJvn u^q •s.e oy aaouoïi ose tïiuj'Xh'X ^"W^v Te^oopà. THpc uj'X.HiV ô/tco
jl*.^ Hïjut e*sn neTttKp^Toc neTce&Hc ax\\ TeKrncTic ïiopecxo^oc. ô^tco ne'Xà.q
utneuneTOTf^^fî ueiooT ose tïicootu juieti ose ruj'Xh'X. ^W*. Rii^ni otreo^ kc-
<Ve\)/ec4 e^oTit hooto. ô.tco ^np otîios' eugoTe euujô^e ttjuuutAq e&oTVou
uecp^qiH enojutooc julhîiccûc &m.t<ootk [sic exit).

XVIII

(-CM.7-) eioiT ; ivqn^o^Tq eopa>.i e-scoq ne-x^q n^q ose eTlocHcon. a^Tfto neos^q

oublié toutes nos souffrances. » Nous lui dîmes une foule de paroles des Ecri-
tures, lui disant : « Il est écrit : Tu as placé le Très-Haut pour toi comme lieu
de refuge, aucun mal n'approchera de toi, aucune maladie n'approchera de
ton habitation, » et nous lui dîmes encore : « Le Christ sur lequel tu t'appuies,
il peut te donner la force en toute chose bonne, et c'est celui qui te sauvera,
qui poursuivra tous tes ennemis, qui les fera disparaître. » Et le roi nous dit :
« Priez pour nous! » Et nous aussi, nous lui dîmes : « Non seulement nous
prions, mais toute la terre et tout lieu prient pour ta Force pieuse et ta Foi
orthodoxe. » Et il dit à notre saint père : « Nous savons certes que tu pries,
mais tu dois ajouter les coups tant et plus6. » Et nous fîmes une grande
crainte7 en parlant avec lui des Écritures, étant assis s. Ensuite il se leva
[sic exit).

XVIII

.....père, il se jeta sur lui, il lui dit : « Bénis! » Et il lui dit : « Que Dieu

i. Lisez : jus.cti^. — 2. Lisez: ne eTitô.TOT'XOK. — 3. Lisez : iiTeqqoTOY. — 4. Lisez : KeÀ\j^. —
5. Cod. 12g", f° 98. — 6. Sans doute ces mots sont une plaisanterie du roi qui dit qu'il ne suffit pas
de prier, mais qu'il faut frapper et redoubler les coups à la porte, afin d'être entendu, car je ne crois
pas plus qu'il s'agisse de coups véritables ou de mortification. — 7. Il doit y avoir une faute dans le
texte, et il faut comprendre une grande heure. — 8. L'auteur a oublié qu'il a dit plus haut que les frères
se tenaient debout.
loading ...