Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 286
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0303
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

Ces fragments de vannerie étaient de plusieurs genres, Les uns res-
semblaient à des nattes de Chine telles qu'on en vend au Caire ; les
autres étaient plus serrés. Les meubles en vannerie pour couvrir les
montants et pour faire le siège offraient relativement un travail très
bien fait; sous ce rapport, ils étaient d'un intérêt très élevé. Ils sont à
peu près perdus et je ne puis en dire que ce que j'ai vu.

XIX. Offrandes diverses faites dans le tombeau.

Par offrandes diverses faites dans le tombeau, j'entends les fruits ou
céréalesquiont étérencontrésdans lesdiverseschambres. L'étude de ces
fruits et de ces céréales n'est pas de mon ressort : aussi avais-je remis
à M. Friedel un échantillon de tous les fruits ou céréales que j'avais
rencontrés : il devait les transmettre à l'un de ses collègues de l'Aca-
démie des Sciences pour les étudier. Ce collègue était compétent et
j'attendais avec calme les résultats de son étude. Mon premier envoi,
je ne sais comment cela se fit, fut égaré. Je donnai un second échan-
tillon qui, au bout de l'année suivante, me fut remis par M. Friedel
lorsque je le revis, et il me dit que l'état des échantillons que j'avais
remis n'avait pas permis de les étudier et surtout de les identifier. Je
n'avais qu'à m'incliner et c'est ce que je fis. Par conséquent je ne peux
aucunement présenter les fruits et les céréales dont j'ai parlé comme
scientifiquement identifiés, et mes lecteurs devront se contenter des
appellations que je leur ai données d'après les fellahs d'Abydos.

Je dois faire une exception en faveur du palmier doum dont les
fruits étaient et sont encore très reconnaissables. Ces fruits sont repré-
sentés à la planche XX, aux deux rangées supérieures de droite.
Que cet arbre si curieux avec ses feuilles en éventail ait été connu dès
cette lointaine époque, c'est ce que ne permet pas de révoquer en doute
la trouvaille de ces fruits au fond des chambres comme à la surface.
J'ai vu de plus de mes propres yeux des assiettes remplies de ce que je
crois être des feuilles de papyrus; il y en avait des paquets extraor-
dinaires, mais le seul mouvement de la marche a suffi pour les réduire
en poussière. De plus, je dois ajouter que j'ai rencontré encore assez
souvent au fond des chambres, et notamment dans les chambres des
loading ...