Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(83)

Planche trente-huitième.— Trois figures de la salle des
Romains, galerie des Antiques.

La première représente un personnage romain , dans
le costume de sacrificateur. Sa tête est couverte de la
toge; il lient de la main droite la coupe des liba-
tions. ,

Cette figure dont la tête antique est rapportée, et
dont les mains sont modernes, est regardée avec raison
comme un des plus parfaits modèles pour l'exécution
tles draperies. Elle était autrefois à Venise, dans le pa-
lais Giustiniani. Un Anglais l'ayant acquise et transpor-
tée à Rome, pour la restaurer, Clément XIV l'acheta
pour la placer au Musée du Vatican.

La seconde statue est -celle d'Auguste : debout et
revêtu de la toge, il tient de la main gauche un rou-
leau ; et le geste de la droite semble indiquer que cet
empereur prononce un discours.

Cette figure était à Venise, et servait de pendant à
la précédente; elle fut trouvée près de Velïetri, pa-
trie d'Auguste. La tête antique est rapportée : la toge
est du même style et du même travail que celle du 5a-
crificateur.

La seconde statue représente Lucrus Caninius ,
magistrat romain, et gouverneur de l'Afrique. C'est ce
qu'indique l'inscription gravée sur la plinthe. L'ortho-
graphe peu correcte de cette inscription, la forme des
caractères , et surtout celle de la barbe de ce Lucius
Caninius font présumer qu'il vécut du temps des An-
tonins, La tête antique est rapportée, les mains n'ont
loading ...