Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 87
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 87 )

Planche quarantième. — Des Pécheurs retirant leurs filets.
Dessin de Jules-Romain.

Ce dessin qui faisait autrefois partie du cabinet de
Crozat, est placé maintenant an Musée.dans la galerie
d'Apollon, où l'on a réuni les dessins les plus impor-
tants de la collection du roi. Il y en a plusieurs qui
n'ont jamais été exécutés en peinture , et ces composi-
tions, presque toujours improvisées, ont d'autant plus
d'attrait pour les amateurs, qu'étant (racées avec beau-
coup de légèreté et de vivacité, on y retrouve tout l'es*
prit de l'artiste.

Le dessin des Pécheurs retirant leurs filets est fait à
la plume et lavé au bistre. On croit que le peintre le
fit pour représenter un des douze mois de l'année, dans
le plafond d'une des chambres du palais du T à Man-
toue.

Giulio Pippi, plus connu sous le nom de Jules-Ro-
main, naquit à Rome, en 1492, et s'attacha de bonne
heure à l'école de Raphaël qui n'avait que quelques
années de plus que lui, et qui l'employa dans les princi-
paux ouvrages des loges du Vatican. Sous la conduite
d'un tel maître , qui ne lui cachait aucun des secrets de
son art, il devint en peu de temps un artiste consommé.
Doué d'un génie fécond, et orné de la lecture des an-
ciens auteurs , il n'eut que des idées grandes et élevées,
et ne produisit que des ouvrages d'un dessin correct et
marqués au coin de l'originalité. Peut-être à cet égard
l'emporte-1-il sur Raphaël même ; il ne lui manqua
que de joindre à tant de rares qualités, la grâce, la
hnesse , le naturel, dont l'étude trop sévère de l'antique
i'éloigna presque toujours, en lui dormant cette espèce
loading ...