Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0193
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 125 ),

BlancHe cinquante - neuvième.—Jésus - Christ dans le
Désert, servi par les Anges ; Tableau de Charles le
Brun.

L'artiste a choisi l'instant où le Christ, tenté par
le Démon , vient de le mettre en fuite. Les Anges alors
s'approchent de lui et lui présentent de la nourriture.
Ils sont groupés avec grâce et noblesse ; le Christ est
dans une attitude pleine de simplicité et d'expression.
Les figures sont de grandeur naturelle,

Ce n'est pas seulement la richesse de la composition
qui rend cet ouvrage précieux : il a, sur la plupart des
tableaux de le Brun, l'avantage d'être soigné dans toutes
ses parties. Quand cet illustre peintre traita ce sujet
pour les Carmélites de la rue Saint-Jacques, il était
dans toute la force de l'âge et du talent. Revenu d'Italie
depuis peu de temps, il jetait les fondemens de sa
réputation. Les tableaux qu'il fit à cette époque, sur-
tout celui-ci, sont exempts de cette molesse et de cette
uniformité qu'on lui reproche dans plusieurs de ses
compositions. Il faut convenir que, quand il fut nommé
premier peintre de Louis XIV, la nécessité où il se
trouva de multiplier ses productions pour servir les
désirs de ce prince magnifique, peut excuser en partie
ces défauts. Le tableau dont nous offrons le trait,
est un de ceux que le Brun a le plus soignés, et qu'il
a peint, pour nous servir d'une expression consacrée
chez les artistes, avec le plus d'amour.

Le Brun était très-exact observateur du costume. Le
soin qu'il apportait à ne blesser en rien la vérité, le
5. 3o
loading ...