Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 147
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0226
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( =47 )

Flanche soixante-dixième. — La Mort de Socrate • pat
David : Figures un peu au-dessous de demi-nature.

L'Histoire offre peu de noms aussi célèbres que
celui de Socrate,. Athénien, fils de Sophronisque. Ni'
la médiocrité de sa fortune, ni les tracasseries de son
épouse Xantippe, ni même les odieuses inculpations
d'Aristophanes, qui ne rougit pas de le livrer sur la
scène aux railleries de la populace, ne purent altérer
le calme de son ame. Aimé pour ses vertus, admiré
pour son génie, d'un petit nombre de disciples qui pres-
que tous furent des hommes célèbres, tels qu'Alcibiade,
Platon, Xénophon, il se livrait paisiblement à l'étude
de la sagesse, et jouissait d'un bonheur que rien ne
paraissait devoir troubler ; mais les sophistes, dont i\
avait souvent confondu la vanité , l'accusèrent d'avoir'
dans ses discours attaqué les dieux du pays. Il fut
condamné, à l'âge de soixante-dix ans, à boire la ciguë.
Sa fermeté à ses derniers momens couronna sa vief
et mit le comble, à sa renommée. On prétend qu'après,
sa mort le peuple rougit de son supplice, et le vengea
en fesant périr ses accusateurs;'mais cette tradition,
qui ôterait quelque chose à la honte que ce crime fit
rejaillir sur les Athéniens, est combattue par des
argumers malheureusement très-plausibles , dont la
discussion serait étrangère à cet ouvrage.

Ce tableau est un de ceux qui ont le plus contribué,
à assurer à son auteur la haute réputation dont "il
loading ...