Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 150
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i5© )

chéri, sont des peintres du premier ordre. Mais quand
on pense que Raphaël avait la conduite de tous les ou-
vrages que Léon X fit faire au Vatican, qu'il était obligé
de surveiller tout, qu'il fournissait jusqu'aux dessins
pour les stucs, les ornemens, la menuiserie même, il
faut reconnaître qu'indépendamment de sa facilité pro-
digieuse , il a dû observer, dans toute son étendue, le
précepte d'Âpelles, et ne pas passer un seul jour sans
toucher le crayon ou le pinceau. Aussi répondait-il à
ceux qui lui demandaient comment il avait pu parvenir
à ce degré de perfection, « En ne négligeant rien ». Ré-
ponse absolument conforme au mot du peintre grec, et
digne de devenir aussi un précepte pour les artistes de
tous les temps.
loading ...