Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 137
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0217
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( r*7 )

Planche soixante-onzième — La Madeleine ; Tableau,
de la Galerie du Musée , par le Guide.

Le sujet de cette belle demi-figure est un de ceux
qui convenaient le mieux au talent du Guide, et
que cet artiste peignait de prédilection; il excellait
à représenter les Saintes et les Vierges ; à imprimer
dans leurs traits ce sentiment de douleur ou de mé-
lancolie dont l’expression se manifeste principalement
dans les jeux; aussi le Guide avait-il fait une étude
particulière de cette partie du visage, qu’il regardait
comme la plus belle et la plus difficile à rendre.

Ce tableau de la Madeleine a fait précédemment
partie du cabinet du roi. Il est peint sur toile, et a
5 pieds 4 pouces de hauteur, sur 2 pieds 9 pouces et
demi de largeur. Il est remarquable par la fraîcheur
et la suavité des teintes, par 1a pureté du dessin,
la beauté-de l’expression, la grâce et la légèreté de
la touche.

Le Guide ne pouvait souffrir que l’on copiât ses
tableaux, et il chassait de son atelier tous les copistes.
Trois de ses élèves, Giacomo Sementa, Francesco
Gessi et le Sirani, étaient employés à ébaucher les
grands morceaux. Tout était sagement réglé dans son
atelier. Quand il se servait de modèles de femmes , il
ne restait jamais seul avec elles : il n’en employait
même aucune dans sa maison. Son école était souvent
composée de deux cents élèves; il les faisait servir de
modèles, leur donnait de ses dessins, ne leur cachait
rien de son art, et retouchait volontiers leurs ou-
vrages ; mais il les tenait très-soumis. Il se faisait
servir par eux lorsqu’il peignait, et ils s’estimaient
fort heureux d’être choisis pour lui préparer
i5. 55

sa
loading ...