Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
MASSON, SCULPTEUR.

François Masson, né en 1745, dans un petit
bourg de Normandie (ia Vieille Lyre, département
de l’Eure), passa les premières années de sa jeunesse
dans les travaux de la campagne. A dix-sept ans , il
était encore étranger aux productions des arts, lors-
qu'un bénédictin d’une petite ville voisine lui donna
quelques leçons de dessin, et découvrant en lui des
dispositions extraordinaires, engagea la lamille de son
jeune élève à lui procurer un maître plus capable que
lui de développer le germe de ses talens. Masson sut
placé àPontaudemer, chez M. Cousin , sculpteur, élève
de Nicolas Coustou, et ce fut là que son goût pour
la sculpture fut irrévocablement fixé. Ses progrès
furent rapides, et ses premiers essais surent encou-
ragés. Présenté à Guillaume Coustou, le dernier des
sculpteurs de ce nom, sous les auspices du maréchal
de Broglie , et de l’évêque de Noyon, son frère, dont
Masson avait obtenu la bienveillance, il fut admis au
nombre des élèves de cet artiste, et suivit à Paris ses
leçons et celles de l’académie. Après quatre ans d’é-
tude, Masson fut jugé digue d’être choisi pour l’exé-
cution d’un monument sur la place publique de
Noyon : c’est une fontaine ornée de quatre caryatides
et de trois figures. Le digne évêque qui lui avait con-
sié ce travail en paya généreusement le prix en en-
voj'ant l’artiste à Rome, et l’y entretenant pendant cinq
ans. Ce temps précieux fut employé à des études assi-
dues et sructueuses.

A son retour, Masson obtint, par la protection du
maréchal de Broglie, gouverneur de Metz, les sculp-
loading ...