Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1810

Seite: 75
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1810/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 75 )

Planche cinquante - troisième. — La Mort d’Adonis ;

Tableau de Mrae Mongez.

Mortellement blessé par un sanglier surieux , le sa-
vori de Yénus vient de rendre le dernier soupir. La
déesse , en proie à la plus vive douleur , cherche en
vain à le rappeler à la vie. Des faunes, des bacchantes ,
errant dans la forêt, s’arrêtent pour contempler le
corps inanimé du jeune chasseur. L’Amour, soulevant
d’une main celle d’Adonis , et de l’autre tenant son
arc, leur fait le récit de cet événement funeste. Le
lieu de la scène est un site sauvage, couvert d’arbres
et hérissé de rochers.

Après le tableau à1 An dromaque, par M. Guérin,
le tableau de la Mort d'Adonis, par madame Mongez ,
est un des plus considérables de l’exposition , sous le
rapport du style héroïque ou poétique. Le nom de
l’auteur lui a attiré de la part du public une attention
particulière.

L’exécution d’uu tableau composé de plusieurs li-
gures de grande proportion , où dominent les par-
ties les plus difficiles de l’art, est une tâche imposante
pour un homme consommé dans la pratique de la
peinture ; combien ne l’est-elle pas davantage pour
un artiste d’un sexe délicat, d’un sexe à qui la nature
a donné la douceur et la faiblesse en partage , et
comme resusé à dessein l’énergie et la constance né-
cessaires pour entreprendre et conduire à son terme
un ouvrage sortement conçu. Cependant le tableau de
la Mort d’Adonis ne manque ni de nerf dans la pensée ,
ni de sermeté dans la touche, ni de vigueur dans le
coloris.
loading ...