Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 92
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
D'autre part, sur la statue de Florence, cette même partie du vêtement étant nouée moins haut,
laisse davantage à découvert le haut du corps revêtu du chiton. En outre, les plis qui vont de
la hanche gauche à la jambe droite sont beaucoup plus énergiques et plus fouillés sur l'exem-
plaire de Florence que sur celui de Naples. Toutefois, admettre, comme le fait Amelung (i),
que l'Héra Boboli est une variante plus récente du type Vienne-Naples, cela serait, à mon
sens, pousser trop loin «la théorie des variantes». Je crois plutôt que nous n'avons réellement
affaire qu'à ces petites libertés que les copistes se sont permises de tout temps en reproduisant
des originaux. En tous cas, pour être conséquent avec lui-même, Amelung devrait voir égale-
ment dans l'Héra d'Ephèse, non pas une réplique, mais un dérivé de l'Héra de Naples.

Le second groupe, plus ou moins contemporain du premier, est représenté en première
ligne par la statue de la Glyptothèque Ny-Carlsberg que nous étudions ici. Autant que le
vêtement fortement restauré de notre figure nous permet de la comparer à d'autres, on peut
en rapprocher, comme réplique, une statue du musée du Capitule (2), un peu mieux conservée,
mais d'une exécution moins soignée et surmontée d'une tête-portrait de l'époque des Antonins.
Deux autres exemplaires, une statuette qui se trouve dans l'Orto botanico à Rome (3) et une
statue dans la crypte de S'a Croce in Gerusalemme à Rome (4) sont encore cités comme des
répliques de notre figure. Je n'en ai vu ni les originaux ni des reproductions. Une statue du
Braccio Nuovo au Vatican (5), restaurée à tort en Déméter, correspond à l'exemplaire Jacobsen
dans les parties essentielles du vêtement, mais en diffère par les boucles de cheveux qui tom-
bent sur les épaules. Il est à supposer que la tête ancienne de cette figure — celle d'aujourd'hui
est moderne — était le portrait d'une dame romaine, ce qui expliquerait la présence des
boucles. La belle statue sans tête du musée des Thermes à Rome (6) porte également des
boucles de cheveux; mais, par suite du remaniement du vêtement dans le goût hellénistique,
elle se présente à nous, non comme une copie fidèle, mais plutôt comme un développement
du type dont il s'agit ici. Nous laissons de côté pour le moment la question de savoir si
nous devons ce remaniement du type original à un artiste grec de l'époque hellénistique ou au
caprice d'un copiste romain. De même, la statue qu'on plaçait autrefois en tête de toute cette
série, l'Héra dite Barberini de la Sala Rotonda du Vatican (7), doit être, en fin de compte, consi-
dérée non comme une réplique, mais également comme un développement ultérieur du type
original. Car elle ne s'en écarte pas seulement par certaines parties essentielles du vêtement,
notamment par le traitement du morceau de l'himation qui recouvre le ventre et par la manière
dont le chiton se termine au-dessus des seins, mais aussi et surtout par le type de la tête qui
ne rappelle guère le modèle ancien que par l'opisthosphendoné (8). W. Helbig (9) pense que
ce remaniement est l'œuvre d'un artiste grec, travaillant à Rome dans la seconde moitié du IIe
siècle avant J. C. C'est une hypothèse qu'on est fort tenté d'admettre, mais qui pourtant n'est
pas encore étayée actuellement par des preuves précises (10). — La célébrité de l'original qui
a servi de base à ces répliques et variantes, est, en outre, prouvée par ce fait qu'on s'en est

(1) Einzelverkanf 280.

(2) Salone II. Overbeck, /. c, p. 56, rem. e; p. 55, n° c; p. 115, n° 7. Nuova Descrizione del Museo Capitolino ( 1888), p. 300,
avec l'indication exacte des parties restaurées.

(3) Klein, /. c. p. 64, rem. I, n° 6.

(4) Matz-Duhn, 584; rom. Mitt. d, J. 1897, p. 73.

(5) No 83. Helbig 2, no 35, avec l'indication de tous les ouvrages antérieurs qui la mentionnent et des parties restaurées.

(6) Helbig 2, 1020, avec la bibliographie.

(7) Helbig, Fuhrer*, I, 308; avec la bibliographie. La tête du musée Chiaramonti 511 A paraît être une réplique. Voir, en outre,
>EinzelverkanfV, n° 248/249.

(8) Cf. les reproductions de l'Héra Barberini dans t, Einzelverkaufi no 873/874.

(9) Eûhrer 2 I, 308.

(10) Henri Brunn a également émis une opinion analogue dans ses cours à l'Université.

92
loading ...