Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 69.

Tête d'Apollon (?).

Achetée à Rome. Hauteur: on\ 35. Le nez est restauré, ainsi que la partie inférieure du cou et
la partie droite de la torsade, dont il restait toutefois quelques traces. La tête est recouverte d'un épais
enduit en plusieurs endroits. Elle était faite pour être adaptée à une statue.

Bien que ce ne soit qu'un ouvrage de copiste, sans grande finesse, ce marbre, au point
de vue du style, n'est pourtant pas dénué d'intérêt. Car, si le traitement des joues, des lèvres,
des yeux, des cheveux au-dessus du front trahit encore l'ancienne manière sévère du Ve siècle
(que rend peut-être plus sensible encore l'exécution très ordinaire de la tête), la torsade (1) et
les bouclettes sur les tempes, dont je ne connais pas d'exemples certains avant l'époque de
Praxitèle, sont des indices qui font descendre cette tête au IVe siècle. On ne doit toutefois
pas attacher trop d'importance à la présence de ces bouclettes; car il y a des cas où, certaine-
ment, elles ne sont dues qu'à une adjonction des copistes romains. Mais la torsade, au contraire,
doit avoir déjà appartenu à l'original, et je n'en connais point d'exemple dans tout le
Ve siècle. Ainsi, selon toute apparence, cette tête a dû être créée dans la première moitié du
IVe siècle par un artiste qui a opposé à l'exécution molle et charnue, où se complaisait le groupe
de Praxitèle, la manière plus dure et les formes à méplats d'une école plus ancienne. Cette
impression de dureté et de sécheresse peut avoir été plus marquée encore dans l'original; car
celui-ci était vraisemblablement en bronze, matière qui, par elle-même, impose plus de sévérité
dans les formes.

L'expression de la tête est, dans l'ensemble, plutôt virile que féminine, et, partant, le
nom d'Apollon est probablement celui qui lui convient le mieux.

Catalogue (1898) n° 145. Arndt-Amelung, Einzelaufnahmen, nos 186 et 187.

(1) Voir là-dessus Furtwangler, Meisterwerke p. 665, note 1.

110


loading ...