L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 100
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

Loin de se tenir pour satis-
fait, M. Ponscarme n'a cessé,
durant sa longue carrière,
d'améliorer sa technique, —
ce qui étaitdifhcile, M. Pons-
carme ayant atteint la per-
fection dès le portrait de
Naudet; — enfin, ces der-
nières années, il aentendu
pousser à leur extrême
conséquence les théories
qui l'avaient si bien servi
jusqu'ici: dans ses dernières
œuvres, le modelé n'existe
plus ou est tellement infime
que le sujet semble fondu
dans la masse.
Cette outrance a séduit
les dernières générations
d'élèves qu'il a formés. Eux
aussi ont voulu proscrire toute saillie, rechercher
avant tout la nuance et l'ambiance aux dépens

cela, se lancer dans des
œuvres d'imagination, pré-
ciser dans un modelé à peine
sensible une scène de pre-
mière Communion, l'ossa-
ture reste véridique et com-
préhensible. Il en est de
même pour Niclausse qui,
ayant observé intensivement
la nature dans une carac-
téristique Maternité, ne perd
pas le sentiment de la vie
dans les allégories qu'il est
appelé à composer.
M. Coudray est intéres-
sant parce que, élève de M.
Ponscarme, il semble lut-
ter sciemment contre le
parti pris de ses condisciples
plus jeunes qui ont poussé
à l'extrême les théories et la manière de leur
maître.


G. H. PHUDHOMME


de la précision. Peu ont réussi Néanmoins deux
artistes ont su, tout en ap-
pliquant rigoureusement
les théories de M. Pons-
carme, rester eux-mêmes et
produire des œuvres re-
marquables. Ce sont MM.
Yencesse et Niclausse. Fort
heureusement tous deux
appartiennent à une époque
où l'observation et la vie
font loi. Et le souci de vérité
les a empêchés de tomber
dans le pastiche. Voyez
combien sont véridiques le
Spuller et la Pierrette, de
Yencesse. 11 peut, après


M. Coudray, à qui le titre de Prix de Rome
donne une autorité certaine,
nous apparaît donc comme
un modérateur utile, et
comme te! nous excuserons
les reliefs trop accentués
qu'il a donnés à certaines
de ses compositions et no-
tamment à son Orphée, qui
a, néanmoins, un beau ca-
ractère.
Que d'autres mëdail-
leurs méritent encore d'être
nommés : Prudhomme, qui
a modelé la jolie plaquette
de paysanne que nous re-
produisons; Henri Dubois


100
loading ...