L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 118
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0144
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF




G. DEFEURE

Parmi ies
meilleurs travaux
exposés à Rouen,
on admirait les
soieries de la Mai-
son Cornille frères
dont les dessins
ont été demandés
pour la plupart à
des artistes de
Sèvres, M. A.
Sandier, directeur
artistique de la
Manufacture na-
tionale, M"" Rault,
etc. SiMM. Cor-
nille se sont fait
les champions de l'idée artistique dans
l'industrie des soies, M. Besselièvre,
le fabricant bien connu de Maromme,
montre une décision non moins ré-
solue ni moins bien inspirée en ce
qui concerne les cretonnes et velours
imprimés de la fabrique rouennaise.
Une portière en velours de coton-
peluche très harmonieuse de coloris,
et tout un lot d'étoffes et de frises
pour tentures, témoignent d'un goût
excellent dans le choix des motifs
décoratifs, et d'une grande perfection
dans l'exécution. Les cartons des
étoffes exposées par M. Besselièvre
sont de M. Victorien Lelong, directeur
de l'École régionale des Beaux-Arts,
et l'on ne peut qu'en louer l'agence-

ment sobre et gracieux, d'une stylisation
modérée, sans raideur et la couleur sou-
vent très vive et très gaie, mais toujours
harmonieuse; ce sont là en somme des
œuvres pleines de mesure et de tact,
parfaitement faites pour leur rôle transi-
tionnel, en attendant des hardiesses plus
catégoriques.
Les deux cartons de M. W. Lovatelli
appellent les mêmes éloges et la même
remarque. Cet artiste original, qui manie
avec brio les effets de couleurs et les
silhouettes caractéristiques, avait envoyé
à Rouen des œuvres d'une inspiration
hardie, et qui furent remarquées. Les
deux reproductions publiées ici se rap-
prochent davantage de la production
courante, grâce à
des effets plus
sobres, à une fan-
taisie plus discrète
sans être moins
agréable.
M. Maurice
Dufrène, lui aussi,
s'est quelque peu
occupé de la déco-
ration des étoffes ;
et il y a apporté
cette souplesse
dans la distinction
que nousavons dé-
jà maintes fois sig-
nalée en d'autres

G. ])E FËURE

ti8

G. OE FEURB
loading ...