Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Atlas): Atlas — Paris: Étienne Ledoux, libraire, 1824

Page: 24
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824_atlas/0030
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
la Tiase, qui est à un jour de marche d’Amyclée, prendrait
la place du Cnacion ; les deux murs parallèles partant du
théâtre conduiraient peut-être à la citadelle, qui était sur la
plus haute des collines; l’hippodrome se trouverait parallèle-
ment à l’Eurotas, devant le pont ; la place publique, en sor-
tant de laquelle on marchait au couchant pour arriver au
théâtre de marbre blanc, serait plus à l’est vers l’Eurotas : le
temple qui se trouve sur la quatrième colline est peut-être
celui de Vénus-Morphô; les deux ponts par lesquels on en-
trait au Plataniste devaient, à ce qu’il me semble , être
tournés vers la ville, dans laquelle le temple de Neptune-
Gaiaouchos et le Phœbéon devaient être renfermés ; et ,
d’après l’étendue de 1,000 toises environ que M. Gell assigne
à Sparte, on doit présumer que cette ville devait être défendue
et circonscrite au nord par les marais ou Limnæ; à l’est, par
l’Eurotas; au sud, par la Tiase (le Cnacion de l’abbé Bar-
thélémy), et à l’ouest, par la jonction delà croupe du Tay-
sète avec le cours de la Tiase. Ces limites de défense naturelle
<3
me paraissent devoir être adoptées surtout pour la demeure
d’un peuple entièrement livré aux habitudes militaires. La
description de Pausanias est d’une confusion telle, qu’il est
presque impossible de l’appliquer au plan. Dans son cha-
pitre xix , il fait entendre qu’il fallait traverser l’Eurotas pour
se rendre à Therapne ; à peu de distance de là il place le
Phœbéon, qu’il mettait avant dans la ville, ce qui, je crois ,
ne doit pas faire supposer que Sparte s’étendît sur les deux
rives de l’Eurotas.

PLANCHE XXVL
CARTES DES CÔTES DE l’aSIE-MINEURE DEPUIS TROIE
JUSQU’A RHODES.
Cette carte a été dressée-d’après les cartes du colonel
Leake, du chevalier Lapie, les observations du capitaine
Gautier, la carte de la Troade du comte de Choiseul-Gouf-
fier, et d’après la lecture des auteurs anciens et des nom-
breux voyageurs modernes qui ont parcouru ces contrées
si intéressantes pour l’histoire ancienne. Elle est beaucoup
plus complète que celle de l’ancien Atlas ; j’ai cru devoir
l’augmenter au nord, afin qu’elle contînt presque toute la
Troade.
PLANCHE XXVII.
CARTE DES ILES CYCLADES, ET PLAN DE L’iLE DE DELOS.
La carte des îles Cyclades, assujettie aux observations du
capitaine Gautier, a été enrichie de détails pris dans plu-
sieurs cartes particulières qui m’ont été communiquées par
le dépôt de la marine.
Le plan de l’ile de Délos est tiré de Stuart; il offre à une
échelle suffisante les détails topographiques de l’île , et les
ruines qu’on y trouve sont parfaitement d’accord avec la des-
cription donnée au chapitre lxxvi.
loading ...