Barthélemy, Jean Jacques ; Barbié DuBocage, Jean Denis [Editor]
Recueil de cartes géographiques, plans, vues et médailles de l'ancienne Grèce: relatifs au voyage du jeune Anacharsis — Paris, VII [1798/​99]

Page: 42
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1899/0043
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
42

ANALYSE DES CARTES.

degrés de longitude en est prise de la Table de Schulze T. Les méridiens sont droits
partout, et leur intervalle a été calculé et tracé sur les tangentes des parallèles 3y
et 41. La courbure de ces mêmes parallèles a ensuite été conclue, sur chaque mé-
ridien, de la différence de la sécante au rayon, et, dans toute l'étendue du méri-
dien, on a évalué les différents degrés de latitude, à 67000 toises ( 1 1 io58 mètres
et environ cinq décimètres) juste cliacun , cette mesure étant à peu près la me-
sure moyenne.

Lorsque j'ai dressé mon premier Atlas, pour le Voyage du jeune Anacbarsis ,
j'étais très-dépourvu d'observations astronomiques , surtout dans le sens de la lon-
gitude ; aussi ai-je été obligé de lier mes cartes particulières avec la position de
Tlierme ou Salonique 2, pour pouvoir les assujettir en longitude sur ma Carte gé-
nérale ; mais aujourd'hui que la longitude de Salonique est réputée fausse3, je ne
puis plus partir de ce point. Heureusement j'ai un assez grand nombre d'observa-
tions de plusieurs autres côtés, et quelques-unes de ces observations me serviront
aujourd'hui de point de départ.

Peu de temps après que mon ancien Atlas d'Anacharsis eut paru , et même de-
puis que je suis occupé de celui de cette nouvelle édition, on m'a communiqué un
bon nombre d'observations de M. de Chabert, ainsi que plusieurs esquisses de cartes
de lui , sur les parties méridionales de la Grèce et de l'Archipel ; et ce sont ces
travaux de M. de Chabert, qui font la base de ma carte dans cette partie.

M. de Chabert, étant en 1768 au mouillage du sud de l'île de l'Argenlière , près
de Milo , qui est appelée dans mes cartes l'île Cimolos , observa la longitude et la
latitude astronomiquement. Il trouva la longitude de 22.° 16. \5. à l'orient du
méridien de Paris, et la latitude de 36.° 46.' 2 1." 1 Cette longitude fait voir que
celle que le P. Feuillée avait observée au bourg de Milo, dans File de Mélos, est
fausse ; mais la latitude que cet astronome donne en même temps à ce bourg ,
est assez bonne, quoique je l'aie soupçonnée d'erreur, dans ma première cons-
truction des cartes d Anacharsis 5. De ce point et de quelques autres aux environs,
M. de Chabert a relevé plusieurs des des Cyclades, et il est parvenu à fixer assez
exactement le cap Doro de l'île d'Eubée , autrefois le promontoire de Capharée, à
22.° 17.' 4- de longitude, et à 38.° 9.' 6g. de latitude 6. La position de ce cap est
essentielle, parce que c'est là que la mer Egée , ou l'Archipel, devient un peu plus
libre, et que cette mer est moins embarrassée d'îles.

De là M. de Chabert fixa plusieurs points dans la mer Saronique , aujourd'hui
le golfe d'Engia , et j'avais la carte qu'il avait dressée de ce golfe , sauf quelques
changements qu'il y a faits depuis , lorsque je composais ma carte de l'Attique en
1785 ; mais ce qui me manquait alors , c'était 1 observation qu'il avait faite dans le
fond de ce golfe, auprès dune tour ruinée , sur le bord de la mer, directement à
l'est du château de Corinthe. Il a observé la latitude à cette tour, de 3y.° 55.' 24. et
il en a déterminé la longitude, par le moyen de l'horloge marine, à 20.° 42/ 22. à

1 Lalande , Astronomie, tom. 4 , p. 770 et suiv.

* Voyez ci-dessus, p. 19.

3 Connaissance des temps pour 1792 et années suivantes.

* Notes manuscrites.

5 Voyez ci-dessus, p. 9.

6 Notes manuscrites.
loading ...