Cagnat, René ; Goyau, Georges
Lexique des antiquités romaines — Paris, 1895

Page: 60
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895a/0076
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CI RR

60

CIST

ouvrait au moment où la course allait
commencer. Ces carceres étaient dispo-
sés suivant une ligne circulaire, de

crinière laissée libre et flottante sur le
sommet de la tête d’un cheval ; crête
ou huppe; grappe ou touffe de fleurs;



telle sorte^qu'ils étaient tous à égale
distance du point central (A) où les co-
chers se rassemblaient avant la course
pour prendre leurs positions.
On tendait à cet endroit, en travers
de la piste, une corde blanche qui
donnait l’alignement aux chars et que
l'on détachait dès que le signal était
donné.
La carrière était divisée en deux,
dans le sens de la longueur, par une
levée de terre appelée spina. On y
alignait toutes sortes d’ornements, des
obélisques, des colonnes, des statues,
les supports où on disposait les ova
(Voir Ovum), etc. A chaque extrémité
deux grandes bornes {meta) marquaient
l'endroit où les chars devaient tourner
pour, parcourir l'autre partie de la
lice. La meta prima était celle qui était
la plus rapprochée des écuries, la meta
secunda lui faisait pendant.
Plusieurs portes étaient percées dans
l’édifice. L’une, qui s'ouvrait au milieu
de la ligne des carceres (P) donnait
entrée au cortège qui parcourait le
cirque avant la représentation, on la
nommait pour cela porta pompae.
L'autre lui répondait du côté opposé
de l’arène. C’était la porta triumphalis
par où le vainqueur sortait en triomphe.
Cirrus. 1° Mèche de cheveux: che-
veux réunis en toupet; partie de la

2°jFanon d’un cheval; frange d'une
étoffe. G. M.
Cisiuni. Petite voiture découverte, à
deux roues, munie de timon et traînée
par un ou deux chevaux. Elle ne por-
tait que deux personnes, et, comme

Fig. 93.


elle était très légère, on s en servait
quand on voulait aller vite (fig. 93).

Cista. Cassette de
de matières diver-
ses, dans laquelle
on enfermait les ob-
jets précieux, l’ar-
gent, les livres, les
instruments de toi-
lette ou les parfums
(fig. 94). C’était aussi
la corbeille mysti-
que où l’on dépo-
sait les ustensiles du
île Bacchus. Enfin c'i

formes variées et


culte de Gérés et
tait l'urne électo-
loading ...