Cagnat, René ; Goyau, Georges
Lexique des antiquités romaines — Paris, 1895

Page: 87
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895a/0103
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CRAT

87

CREP

tressé; par exemple claie, treillis, pa-
nier, herse, clôture clayonnée, etc.; plus
spécialement fascines dont on se ser-
vait en fortification pour consolider
Yagger (Voir ce mot).
Le supplice de la claie, ordinaire-
ment réservé aux soldats romains qui
avaient commis une infraction grave
aux devoirs militaires , consistait à
noyer le coupable, enfermé dans une
sorte de cage remplie de pierres.
M.-A. R.
Craticius (paries). Murs composé
d'une carcasse de claie, recouverte d’ar-
gile battue, principalement mur de
cloisonnement. G. M.
t'reatio. C’est le terme proprement
employé pour désigner l’élection des
magistrats parles comices. Voir Comi-
tia.
Crematio. Les Romains avaient
deux façons d’ensevelir les morts, l'in-
humation et la crémation. La loi des
douze Tables, où se lisent côte à côte
les deux termes sepelire et urere, montre
que l'inhumation et la crémation étaient
déjà employées concurremment au
ve siècle avant notre ère. On inhumait
toujours les indigents. D’autre part, cer-
taines familles, par exemple layens Cor-
nelia, conservèrent très tard ce rite. A
la fin de la République, c’est la créma-
tion qui prévaut; les sarcophages ne se
multiplient qu’à partir des Antonins, et
deviennent d’un usage courant aux
iiic et ive siècles, époque vers laquelle
le christianisme triompha de la cré-
mation. P.
Crepida. Sandale. Chaussure grecque
adoptée par les Romains. Elle se com-
pose d’une semelle épaisse sans talons,
munie d’une empeigne qui, assez haute
dans la partie postérieure, va en s'abais-
sant de manière à disparaître à la hau-
teur des orteils. Cette empeigne ne cou-
vrait que les côtés du pied, laissant
nus le cou de pied et les doigts. L’em¬

peigne était munie d’un certain nom¬

bre d’ouvertures, par les-
quelles passaient les cour-
roies qui attachaient la
crepida (fig. 115). Souvent
aussi elle était remplacée
par une sorte de filet en
cuir, dont les mailles of-
frent des dessins variés et
qui forme comme une em¬


peigne ajourée. La crepida y. 115
se portait avec le pallium ;
c’était entre autres, la chaussure des

acteurs de comédies.

G. M.

Crepido. Assises d’un bâtiment,
soubassement d’un monument ou d’un
édifice, quai, remblai, trottoir, parties
saillantes d’une corniche, etc. et d’une
manière générale tout ce qui sert de
base à une construction quelconque.
G. M.

Crépilacnlum. Instrument de mu¬

sique. Il était formé d’une
plaque de métal peu
épaisse, recourbée en fer
à cheval ou en cercle
(fig. 116) et munie de ba-
guettes métalliques mobi-
les ou de petits grelots en
forme de boules. L’ins-
trument était porté sur un
manche; quand on l’agi-
tait, les baguettes ou les
grelots résonnaient. Le cre-
pitaculum était aussi fait
en or et en argent. Il y en


Fig. 116.

avait de tout petits qui servaient de jouets

aux enfants. G. M.
Crepundia. Hochet
que l’on suspendait
au cou des enfants ;
petits bijoux qui pou-
vaient servir à recon-
naître dans la suite
ceux que l’on envoyait
en nourrice ou que
l’on exposait ; amu-

Fig. 117.
loading ...