Cagnat, René ; Goyau, Georges
Lexique des antiquités romaines — Paris, 1895

Page: 142
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895a/0159
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
1I0PL

142

IIOST

sance (Voir Plebs, Libertinus). Les ho-
nores municipales sont les magistratu-
res municipales. ,
Hoploma clins. Gladiateur qui com-
battait avec l'armure complète, casque
à visière, cuirasse, jambières, etc. P.
Horologirim ou horarinm. Instru-
ment à mesurer le temps pendant le
jour ou la nuit. On désignait sous ces
termes généraux, les diverses espèces
de cadran solaire {solarium ou arachne,
conus, disais, gnomon, hèmicyclium,
hemispherium, lacunar, linea, peleci-
non, pharetra, pllnthium, sciothericon,
scaphiumj ou les horloges à eau (clep-
sydra'}. G. M.
Horreum. Grenier dans lequel on
emmagasinait toutes sortes de denrées
et d’objets, mais plus particulièrement
le blé. Les greniers à blé étaient tantôt
souterrains , horreum subterraneum ,
tantôt soutenus en l’air par des colon-
nes, horreum pensile. Outre les greniers
privés, il y avait aussi d’immenses gre-
niers publics dans lesquels l'État gar-
dait, pour les temps de disette, des
provisions de grains, horrea populi ro-
mani; l’idée première en était due à
C. Sempronius Gracchus. — Les gre-
niers militaires se nommaient horrea
militaria. F. V.
Hortator. Chef des rameurs. 11 pré-
sidait à la manœuvre des rameurs et


Fig. 164.
leur donnait la cadence en chantant
et en battant la mesure avec un bâton,
comme un chef d’orchestre (fig. 164).
G. M.
Hortns. 1° Au singulier, jardin. Les
hôtels des riches (Voir Domus) ont un

jardin sur leurs derrières ; on y accède
par Voecus (Voir ce mot);
2° Au pluriel, horti, parc. Les parcs
romains, ornés de parterres (xystï), de
terrasses, de larges allées où l’on pou-
vait se faire porter en litière {gestatio-
nes), de statues, d’arbres soigneusement
et bizarrement taillés, devaient ressem-
bler plus aux jardins de Le Nôtre qu'aux
jardins anglais. P.
Hospes. l°Hospesp’w«Ow.Undes con-
tractants du pacte d’/iospifîizm prwâfom;
2° Hospes publiais. Un des contrac-
tants du pacte d'hospilium publicum :
3° Hospes adventor. Personne qui fait
un séjour temporaire dans une ville, soit
pour ses études, soit pour ses affaires.
P. J.
Hospitium. 1° Gîte, logement pour
un étranger, un voyageur, un soldat
de passage. Les grands personnages et
les personnes de haute naissance avaient
en général, dans toutes les villes, des
hôtes privés qui les logeaient. Les au-
berges proprement dites n’étaient fré-
quentées que par les marchands et les
personnes de condition modeste;
2° Liens d’hospitalité, amitié entre
les hôtes et ceux qu’ils hébergent.
3° Pacte d’hospitalité.
On distingue :
«) L’hospitium privatum. Pacte d'hos-
pitalité conclu entre des particuliers
de nationalités différentes;
6) L’hospitium publicum. Pacte con-
clu entre Rome et des individus, ou
des catégories d’individus, ou même
tous les habitants d'une cité, et qui
donnait à ceux-ci {hospiles} le droit
d’être reçus à Rome et entretenus aux
frais de l’État, d'assister aux jeux et
sacrifices, de recevoir les présents [mu-
nerd), de vendre, acheter et ester en
justice, sans l’intermédiaire d'un ci-
toyen romain, à Rome. J.
Hostia. On distinguait deux sortes
de victimes : les victimae, c'est-à-dire
loading ...