Cagnat, René ; Goyau, Georges
Lexique des antiquités romaines — Paris, 1895

Page: 243
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895a/0260
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
REX

243

ROBU

L'État avec le concours du sénat et des
curies (Voir Senatus, Comitia curiata).
Rex conxixii. On l’appelle aussi
arbiter bibendi. C’est le président du
festin, qui impose aux convives de
vider un certain nombre de coupes.
Rex sacrorum. Après l’expulsion
des Tarquins, la plupart des attribu-
tions religieuses de la royauté passè-
rent aux pontifes {pontifex'j ; quelques-
unes pourtant, en particulier la direc-
tion de certaines cérémonies et le soin
de présider les comices calates (Voir
Comitia calata) pour la factio testa-
menti (Voir Testamentum), échurent à
un personnage appelé rex sacrorum.
Le rex sacrorum était choisi par le
pontifex maximus et inauguré par les
augures dans les comices calates. Cette
charge, incompatible avec toute fonc-
tion politique, devint bientôt peu re-
cherchée.
Rheda. Sorte de voiture de luxe,
probablement de forme analogue à la
carruca. F. V.
Rhytium. Vase à boire allongé qui
était percé d’un trou à la partie infé¬


rieure, de façon que le liquide s’en
échappait en un mince filet (fig. 264).
Rica. Coiffe de la prêtresse flami-
nique. Elle y serrait son tutulus et y
attachait un rameau d’un arbre de
bon augure (arbor felix). G. M.

Ricinium (Recinium, Riciuus ou
Rccinus). Vêtement de'femme. Le ?’i-
ciniwm paraît être un
manteau court et carré ;
il était porté de ma-
nière qu’une moitié en
fût rejetée en arrière.
En général un capu-
chon était adapté au
ricinium (fig. 265). Les
femmes le mettaient en signe de déses-
poir et de deuil. 11 était aussi porté par
les acteurs de mimes.
On dit quelquefois que ce mot dési-
gne une coiffure, par confusion peut-
être avec la rica. G. M.
Ritus. Manière d’offrir un sacrifice.
On distinguait, en particulier, le ritus
graecus, en vertu duquel le sacrifica-
teur était sans voile, couronné de lau-
riers, et le sacrifice accompagné de
musique, —etleriOw romanus, d’après
lequel on sacrifiait avec la tête voilée
(fig. 266), et sans autre accompagnement

Fig. 265.


Fig. 266.


que le son d’une flûte, destinée, non à
produire un effet musical, mais à préve-
nir tout trouble en empêchant d’enten-
dre des paroles inopportunes. Voir
aussi l’article Camillus. Ces deux ritus
étaient pratiqués à Rome.
Robur (tuHianniu). Souterrain
ajouté par Servius Tullius à la première
prison (carcer) construite à Rome
par Ancus Martius. C’était une cham-
bre circulaire et voûtée, munie en son
sommet d’une ouverture circulaire par
loading ...