Choisy, Auguste
L' art de bâtir chez les Romains — Paris, 1873

Page: 109
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/choisy1873/0115
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PROCÉDÉS GÉNÉRAUX.

109

— Si, des travaux où Fort intervenait pour une large part, nous passons aux con-
structions plus faciles où l'absence do parements courbes semblait autoriser l'usage
de procédés de taille plus élémentaires, nous retrouverons les mêmes méthodes,
simplifiées, mais toujours reconnaissantes,

S'agissait-il de construire un mur droit : les Grecs, dans les édifices exécutés avec
soin, ne posaient pas les pierres entièrement taillées; les lils et joints seuls étaient
terminés d'avance; et le parement demeurait, sinon brut, du moins très-sommaire-
ment dégrossi. Toute la surface devait être dressée dans un ravalement général; et
celle dernière opération se faisait sans chance d'erreurs et sans tâtonnement, parce
qu'avant la pose on avait eu soin de creuser dans chaque bloc pour ainsi dire des
lignes directrices définissant avec une entière exactitude la forme des parements.

Cet artifice se manifeste dans les constructions imparfaitement achevées de l'aile
sud des Propylées d'Athènes (fig. 01).

L'irrégularité des surfaces montre assez que le parement actuel n'est qu'un paie-
ment provisoire ; des rainures directrices encadrent chaque panneau, ou plutôt
longent les arêtes rentrantes ; tout le reste devait être ravalé sur tas, et réduit après
coiqi à l'uniformité d'aspect que présentent les parties terminées du même édifice.
Les Grecs procédaient, en un mot, pour dresser un parement plan, comme pour
loading ...