Compte rendu de la Commission Impériale Archéologique: pour l'année ..: Pour les années1882-1888 — 1893

Page: 69
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/crpetersbourg1893/0416
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
69_

sa maîtresse. Quant à la Néréide môme, son attitude ressemble à celle des autres:
elle est assise de côté sur le dos du dragon, s'appuyant du coude gauche sur la
queue. Autour de ce bras, dont le poignet est fortement endommagé, s'entortille le
bout d'un voile qui flotte derrière le dos, comme dans les fig. III, 1, 3 et 6. La
Néréide est vêtue, comme toutes les autres, d'un chiton sans manches, serré, agrafé
aux épaules et laissant à découvert une grande partie de la gorge. La tête, bien
proportionnée par rapport au corps, reposant sur un cou court, se présente presque
de face; le visage large est fortement rejeté en arrière, les cheveux noués en une
touffe à l'occiput, comme dans les autres figures.

Fig'. 16. Fragment d'un ornement en bois sculpté d'un poteau cornier du sar-
cophage (voir pl. VI, fig. 5): une partie d'une tige et un bouton de fleur.

Fig. 17. Néréide, montée sur un Centaure marin et portant une cnémide; par
sa composition elle appartient au premier groupe (pl. III, 1. 4 et 5). Le Triton,
rapidement porté en avant, a tourné la face vers la Néréide, ce qui fait que le dos
apparaît courbé; la tension des muscles dorsaux est nettement accusée, quoique exa-
gérée, conformément au caractère général décoratif des figures: le creux qui va le
long de l'épine dorsale est trop profond, comme les muscles numéraux et lombaires
sont démesurément renflés. Même exagération dans les muscles des bras qui, par
cette raison, sont gros jusqu'à la difformité. La tête, assez maladroitement attachée
au cou, est tournée de profil, le visage en arrière. La barbe et les cheveux longs,
ébouriffés, sont sculptés de la même manière que dans la figure III, 2; le visage,
dont l'oeil est très enfoncé, a aussi la même expression de passion inquiète. L'autre
oeil est également fini, quoiqu'on ne le voie pas de face, tandis que la partie posté-
rieure du visage de la Néréide n'est qu'ébauchée. Au bas de la région lombaire
commence une ceinture de plantes marines, d"une exécution bien plus gracieuse que
la ceinture grossière qui gâte les figures III, 4 et 5. Sous les pieds de cheval, trop
grêles, est placée une nageoire courbée en avant, marquant le commencement du
corps de poisson; la queue forme, en se tortillant, le cercle qui distingue ce groupe.
La Néréide ne diffère en rien des autres: on y voit la même petite tête, avec les
cheveux noués à l'occiput, le même cou allongé et le même chiton; le voile passe
derrière le dos, et retombe sans flotter au vent. Les plis sont sculptés aussi gros-
sièrement que dans les autres figures et tendent uniquement à l'obtention de meil-
loading ...