Epictetus
Manuel D'Épictete, Et Extrait De Ses Autres Ouvrages — Dresde, 1799 [VD18 13767356]

Page: 77
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/epictetus1799/0067
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

' s

à ce banc qui t’y Fait aller, attends qu’on sorîe.
Quand le spectacle sera fini, tu iras t’ass’eoir A
ce banc si desiré, et tu y seras sort à ton aise.

68.

Va dire des injures à une pierre, qu’avan-
ceras-tu? Elle ne t’entendra point. Imite la
pierre, et n’entends point ies injures qu'on te
dit.

69.

Tu as pitié des aveugles, desboiteux; pour-
quoi n’as-tu doric pas pitié des mechans? II3
sont. méchans rnalgré eux, cornine les autres
sont boiteux et aveugles.

70.

La règle et la mesure de nos actions, ce sont
nos opinions. D’où vient l’Atrèe d’Euripide?
de l’opinion ; sa Médée, son Hyppolite? de
l’opinion; l’Oedipe cle Sophocle? de i’opinion.

7 1*

II sembla bon à Pâris de ravir Hélène, et
à Hélène de suivre Pâris. S’il avoit setnblébon
auih à Ménëlas de se paiser d’une femme in-
fidelle, qu’en seroit - il arrivé ? INous aurions
perdu l’Iliade et l’Odyisèe. le compte le reste
pour rien.

72.

Que ce fut un grand malheur pour Pàris,
quand les Grecs entrerent daris Troye, qu’ils
mirent tout à feu et à sang, qu’ils tuerenttou-
te la samille de Priam, et qu’ils emnienereut
les femmes captives! Tu te trompes, mon amt.
Le grand malheur de ] 5âris fut quand il perclit
la pudeur, la fidélité, la modestie, et quand il
loading ...