Epictetus
Manuel D'Épictete, Et Extrait De Ses Autres Ouvrages — Dresde, 1799 [VD18 13767356]

Page: 98
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/epictetus1799/0088
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
93


heuveuses, plus belles et plus nobles. Voilà
les nioyens de lui échapper.

46.

Si je re'siste à une belle femme qui est pre-
te à m’accorder ses faveurs, je me dis à moi-
mêuie: Voilà qui va bien, Epictete; cela vaut
mieux que d’avoir réfuté le sophisme le pius
subtil. Que si je lésisteà ses avances, et que
je repouüe ses caresses, je puis me glorifier de
cetto victoire, bien plus que d’avoir triomphé
de tous les syllogismes les plus embarrassans.
Mais comment résister à une tentation fi pres-
sante? il ne faut que vouloir te plaire à toi-
même, et étre beau aux yeux de Dieu. II ne
faut qtie vouloir conserver la pureté du corps
et de l’ame, et étre avec Dieu.

47-

A chaque tentation dis en toi-méme: Voici
un grand combat; c’est ici une aetion toute
divine; il s’agit ici dela Roy rauté, de la liberté,
de la félicité, de l’innocence ; souviens-toi de
Dieu, appelle-le à ton secours, et il combattra
pour toi. Tu invoques hien Castor et Pollux
dans une tempête; la tentation est une tempê«
te plus dangereuse pour toi.

48-

Quand tu es attaqué d’une tentation , st tu
difFéres au lendemain à Ia combattre, le len-
demain viendra, et tu ne combattras point.
Ainsi de lendemain en lendemain, il se trou-
vera non-seulement que tu seras vaincu, mais
que tu seras tombé dans une insensibilité qui
t’einpêchera de t’appercevoir méme que tu
péches, et tu éprouveraa effectivement en toi
la vérité duvers d’Hésiode, quidit: Çue celui
loading ...