Epictetus
Manuel D'Épictete, Et Extrait De Ses Autres Ouvrages — Dresde, 1799 [VD18 13767356]

Page: 145
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/epictetus1799/0135
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

145

pourrîr à sa porte, faire mille baJDTelTes et mille
indignites, envoyer tous les jours de nouveaux
présens. Et qu’est-.ce qu’être Consul ? C’elt
saire porter devant soi douze faisceaux de ver-
ges ; s’asseoir trois ou quatre fois sur un Tribu-
nal, donner des jeux et des sestins a'u peuple;
voilà tout. Et pour être libre de passion et de
trouble, pour avoir de la conftance et de la
xnagnanimité, pour pouvoir dormir en dor-
mant, et veiller en veillant, pour n’avoir ni
angoilse ni crainte, tu ne veux rien donner, tu
ne veux prendre aucune peine i Juge toi-mé«
ine ü tu as raison.

40.

Ce que Ia purete' est pour l’ame, Ia propre-
té l’est pour le corps. La Nature elle-méme
t’enseigne la proprete'. Coinme il n’est pas
possible que, quand tu as mange', il ne reste
quelque chose dans te3 dents, elle te fournit
de l’eau, et t’ordonne de te laver la bouche,
afin que tu sois un homme, et non pas un sm-
ge ou un pourceau. Elle te donne un bain,
cle l’huile, des linges , des étriiles, et dü vi-
triol, contre la sueur etla crasse qui s’attachent
à ta peau. Nc t’en sers-tu pas ; tu n’es plus
un homme. N’as-tu pas soin de ton cheval
que tu fais étriller, de ton chien que tu fais
peigner, frotter et nettoyer? Ne traite donc
pas ton corps plus mal que toncheval, ouque
ton chien, lave-le, nettoie-le, ne sais paspeur;
que personne ne te fuye: car qui est-ce qui ne
fuit pas un homme sale et qui sent mauvais?
Mais tu veux étre mal-propre et puant: sois-
le donc, et jouis de ta saîeté. Mais quitte la
ville, va dans un desert, et n’empnisonne pas
tes voistns, tes amis, Tu n’es qu’ordure, et
loading ...