Froehner, Wilhelm
Deux peintures de vases grecs de la nécropole de Kameiros — Paris, 1871

Page: 18
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/froehner1871/0029
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
dépourvue de son enduit primitif. Sous ce rapport, l'alabastron du Louvre est plus
intéressant encore; le fond blanc qui devait protéger la terre contre l'humidité esl
complètement tombé, pour ne laisser que de faibles traces adhérentes aux contours
de la figure. C'était une pellicule très-légère, sans consistance, et qui n'a pu résister
aux influences destructives du temps, alors que la peinture, plus épaisse, mieux
empâtée et mieux durcie au feu, n'a subi aucune altération. Il est curieux de
constater que trois vases, décorés du même sujet et provenant, si je ne me trompe,
de la même fabrique, soient atteints de la même maladie. Dans tous les cas, la série
d'exemplaires que nous venons d'énumérer forme un groupe jusqu'à présent unique
dans l'histoire de la céramique grecque, et ce n'est pas là leur moindre titre à
l'attention des antiquaires.

Paris, l« Octobre 1870 (il'1 jour du siùge).
loading ...