Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du Département de Constantine — Sér. 3,2=23.1883-1884(1885)

DOI Artikel: DOI Seite / Zitierlink: 
https://doi.org/10.11588/diglit.15014#0158
Überblick
loading ...
Faksimile
0.5
1 cm
facsimile
Vollansicht
OCR-Volltext
136 —

sïtions, tout en complétant mes données sur l'Henchir-
Rohban.

Ce petit monticule devait être, en effets un lieu de
pèlerinage. Il était, en outre, une nécropole.

Ce qui a été retiré de ce point et des coteaux voi-
sins est inimaginable.

Je ne rappellerai que pour mémoire les richesses
lapidaires du sacrum proprement dit. Aux statues,
aux stèles, aux inscriptions qu'il contenait, sont ve-
nus se joindre d'autres stèles, des ex-voto et, en
quantités considérables, des lampes aux types et aux
sujets variés, des vases précieux, des lacrymatoires,
des miroirs, des fibules, des médailles et mille ob-
jets dont l'ensemble eût suffi à la création d'un musée
local de grand intérêt.

Avant de continuer ces notes, qu'on me permette
ici d'émettre un vœu :

Ii existe bien peu d'endroits, je ne dirai pas seule-
ment en Algérie, mais au monde, où tout se prête
mieux qu'à Tébessa pour l'installation d'un musée.

Le Panthéon de Théveste, pour un vaste médailler,
pour les collections céramiques et autres objets qui
veulent être à l'abri ; la Basilique, pour les monu-
ments épigraphiques ; voilà ce qu'on a là sous la
main et dont on ne fait rien.

L'église française, en train de devenir un véritable
écrin de raretés antiques chrétiennes, viendrait ajou-
ter son intérêt à celui du musée dont je parle, et le
monde savant, bientôt suivi du monde curieux, ne
tarderait pas à affluer dans la ville moderne pour y
rencontrer ce qu'on ne verrait nulle part : le passé
vivant de l'Algérie sous toutes ses formes.
 
Annotationen