Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 1.1870

DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12056#0111
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
Sur un nouvel argument chronologique.

95

J'ai terminé mon travail sur le Papyrus de Luynes. Bientôt je compte publier une
longue bandelette en caractères hiératiques ; conservée à la Bibliothèque nationale ; et plus
tard tous les monuments qui composent la collection aussi intéressante que peu connue du
Cabinet des antiques.

SUR UN NOUVEL ARGUMENT CHRONOLOGIQUE,

TIRÉ DES EÉCITS DATÉS DES GUERRES PHARAONIQUES EN SYRIE ET DANS

LES PAYS VOISINS,

par

J. LlEBLEIN.

(Suite.)

Passons au règne de Ramsès II qui vivait environ 300 ans plus tard. Ses campagnes
contre les Khétas dans le nord de la Syrie en firent un des héros les plus fameux des
Egyptiens ; les récits qui vantent ses exploits extraordinaires dans cette guerre couvrent les
parois des temples dTbsainboul, de Louqsor, de Karnac et du Ramesseum et sont consignés
également dans le poëme de Pentaour. La version du temple d'Ibsamboul1 commence ainsi :
ÏÏ$S$£ L'an 5, le 9 Epiphi du règne de Ramsès II, sa Majesté fut dans le pays

Ol I II I I (WWi I I I I I I

de T'ahi pendant sa seconde expédition victorieuse. La même date de l'an 5, le 9 Epiphi,
commence aussi la version de Louqsor -, et; sans aucun doute, elle indique le jour, où
Ramsès quitta le pays-de T'ahi pour entrer en campagne; aussi MM. Mariette3, Brugsch4
et Maspero 5 Font-ils prise en ce sens. T'ahi était le nom d'une contrée de la Syrie.
M. Chabas dit comme résultat de ses recherches sur la situation de ce pays6 : « Le nom de
Tsaha pouvait régulièrement être donné à la contrée qui avoisinait la frontière orientale de
l'Egypte». Il est fort vraisemblable, que tout le pays jusqu'au T'ahi appartenait à l'empire
égyptien, que Ramsès rassembla son armée en cet endroit de la frontière orientale, pendant
les premiers jours d'Epiphi, et qu'il franchit la frontière pour commencer la guerre le 9 Epiphi.

D'après mon système chronologique, l'an 5 du règne de Ramsès II correspond à l'an
1175 avant J.-C. ou 147 ans après le commencement de la période de Sothis. Le 1er Thot de
l'année civile tombait alors — = 37 jours avant le lever héliaque de Sothis au 8 Juillet
Grég. ; et correspondait ainsi au 1er Juin Grég. Par conséquent le 4 Epiphi était le 1er Avril
Grég. Nous arrivons ici au même résultat que plus haut: Ramsès II de même que Thotmès III
avant lui ouvrit sa campagne vers le 1er Avril Grég. Si maintenant nous calculons d'après
M. Lepsius, le résultat devient tout autre. D'après lui l'an 5 de Ramsès II est l'an 1383
ou 61 ans avant le commencement de la période sothiaque; le 1er Thot civil de l'an 1383
correspond au 22 Juillet Grég. et le 4 Epiphi au 22 Mai Grég. Je me permets de faire
remarquer ce nouveau résultat:

1) Lepsius, Benkmaler, III, 187.

2) Brugsch, Recueil, Pl. 40.

3) Makiette-Bey, Aperçu de l'histoire ancienne d'Egypte, p. 41.

4) Maspero, Histoire ancienne, p. 219.

5) Brugsch, Géographie des alten Aegyptens, p. 61.

6) Chabas, Etudes sur Vantiquité historique, p. 279.
 
Annotationen