Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 26.1904

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12681#0069
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
TEXTES RELIGIEUX

59

TEXTES RELIGIEUX

par

Pierre Lacau

Les sarcophages du Moyen-Empire sont une source très précieuse pour la connais-
sance des textes funéraires. Tous ceux dont la décoration intérieure est complète
renferment une série de chapitres mis à la disposition du mort. Ces chapitres, écrits
en hiéroglyphes cursifs et disposés en colonnes verticales, occupent régulièrement la
moitié inférieure des quatre côtés de la cuve, et souvent aussi toute la surface du fond
et du couvercle; ils constituent une partie essentielle dans le plan du sarcophage.

Ces textes ont commencé par être écrits sur les murs de la chambre funéraire :
c'est la disposition qu'on rencontre dans les Pyramides de Saqqarah (VIe dynastie), ou
plus tard dans le tombeau de § " (XIe dynastie)'. Ils ont ensuite passé à l'in-

térieur du sarcophage quand celui-ci est devenu comme le résumé de la chambre : c'est
la règle au Moyen-Empire2. Plus tard enfin, quand le sarcophage a pris la forme
anthropoïde, on les a écrits sur un rouleau de papyrus qu'on plaçait à côté de la
momie : l'ensemble de chapitres contenu dans ce rouleau constitue le Livre des Morts.

Les Pyramides et le Livre des Morts renferment très peu de chapitres qui leur soient
communs : les deux recueils semblent indépendants. Mais les sarcophages du Moyen-
Empire au contraire contiennent, à peu près en nombre égal, des chapitres empruntés
soit à l'une, soit à l'autre de ces deux collections. Ils établissent un trait d'union entre
elles et montrent bien que tous ces textes ont absolument le même objet : nous avons
affaire uniquement à des formules de même nature, dont la connaissance doit assurer
l'existence du défunt dans les différentes circonstances de la vie d'outre-tombe.

Les sarcophages du Moyen-Empire, publiés jusqu'ici, contiennent un grand
nombre de chapitres, ' qu'on ne rencontre ni dans les Pyramides ni dans le Livre
des Morls\ et ceux qu'on découvre chaque jour apportent sans cesse des documents

1. Publié par MaSPERO, Trois années de fouilles, dans Mémoires Mission Caire, I, p. 134-180.

I* '.....' Q

2. On prendra comme type le sarcophage de /ww^ v\ du Musée de Berlin, publié par Lepsius,

ô ' _Z± a 0

slïltcste Texte des Todtenbuchs (1867), pl. L-XV, et par Steindorfk, Grabfunde des mittleren Reiehs (1896).
- Cet usage, d'ailleurs, a précédé le Moyen-Empire : cf. sarcophage de J J (Deudérah), publié par Pbtrib,
Denderah, pl. XXXVII, et Extra-Plates, pl. XXXVII a—XXXVII K (Vil' dynastie?).

3. Voici la liste des sarcophages du Moyen-Empire contenant des textes religieux qui, à ma connaissance,
ont été publiés plus ou moins complètement. Four ceux qui se trouvent au Musée du Caire, je renvoie au
Catalogue général,

Q # O □

Les trois sarcophages de W 'feit' fi et de 0 [_J, Saqqarah (Maspbro, Mémoires Mission

Caire, I, p. 210-237). — Musée du Caire, 28031, 28035, 28036.

Les deux sarcophages de , Tbèbes (Lepsius, ÂZltestc Texte des Todtenbuc/is, et Stein-

dorff, Grabfunde, etc., I). — Musée de Berlin.

o-=>, Thèbes (Lispsius, ibid., et Steindori f, ibid., II). — Musée de Berlin.

Le sarcophage de ^ J •
 
Annotationen