Revillout, Eugène [Editor]
Chrestomathie démotique (Band 2) — Paris, 1880

Page: I
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revillout1880bd2/0001
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PRÉFACE

Je n'ai pas à m'arrêter sur les circonstances qui ont fait interrompre pendant si
longtemps cet ouvrage presque terminé. Mais, comme j'ai beaucoup travaillé dans
cet intervalle, comme l'accomplissement de ma mission en Allemagne, en Autriche,
en Hollande, en Belgique, m'a fourni un grand nombre de documents égyptiens, par-
ticulièrement de contrats en langue démotique, sans compter ceux que j'ai reçus de
divers côtés ou qui m'ont été communiqués dans d'autres voyages, il est naturel que
j'aie fait faire quelques progrès de plus à la connaissance de ces contrats, dont je
commençais le déchiifrement dans ces pages déjà si vieilles, de cette langue populaire
si particulière et si riche, enfin de toutes les questions qui se trouvaient soulevées
ici. En conséquence, alors que ces feuilles autographiées depuis plusieurs années, ont
dû voir le jour, j'ai cru nécessaire de les rapprocher du niveau auquel mes travaux
ont fait monter actuellement la science du démotique. Du reste, la plupart des points
qui m'avaient d'abord échappé dans les formules notariales, s'étaient précisés peu à
peu, dans leur sens exact, par la comparaison des textes similaires, durant l'autographie
d'une œuvre de si longue haleine, de telle sorte que, l'impression autographique se
faisant au fur et à mesure, feuille par feuille, les premiers contrats portent des fautes
qui m'existent plus dans ceux qui les suivent. Les erreurs qu'on peut corriger ainsi
en se référant d'un acte à un autre, ou en se servant soit des mot à mot de ma unît
w/fe eAfMtcmnaf/He &h?2oh'<?Me, soit de mes autres publications, soit des traductions
affichées par moi dans les salles du Louvre, etc., je ne les aurai peut-être pas
relevées toutes dans cet erratum, qu'il m'a fallu faire en quelques jours et que j'ai dû
extraordinairement écourter pour l'avoir fini au terme fixé. Mais, pour le décret de
Canope, autographié par moi d'après une photographie très imparfaite prise sur un
plâtre, j'ai tenu à indiquer toutes les nouvelles lectures, non seulement celles qu'a
pu me fournir à moi-même une étude réitérée de belles épreuves en plâtre reçues
depuis lors, mais, qu'elles fussent ou non d'accord avec les miennes, celles que
M. Brugsch avait eu l'amabilité d'inscrire en marge demes bonnes feuilles, lorsque je lui
ai communiqué, pendant mon séjour à Berlin, cette Chrestomathie démotique si flatteu-
sement admirée par lui. J'ai partout de même, suivant cette méthode de bonne foi et de
sincérité absolues dont pour ma part je ne saurais jamais me départir, signalé quand
je les adoptais, discuté quand je les repoussais, toutes les corrections proposées ainsi par
cet illustre et savant maître, M. Brugsch-Bey. Aucune de ces corrections ne portait sur
le décret de Roseett, dont j'ai repri la traduction pour l'améliorer comme le mérite
loading ...