Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Thierry, Jules [Editor]
Traité Des Cinq Ordres D'Architecture — Paris, [ca. 1870]

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.14045#0009
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
TABLE EXPLICATIVE DES PLANCHES.

PLANCHE I. — Tableau comparatif des cinq ordres d'architecture.

Les cinq ordres reconnus classiques, c'est-à-dire résultant de la comparaison des différents
exemples laissés par l'antiquité, sont dessinés ici sur une échelle commune, afin que l'œil
puisse apprécier à l'instant la différence de leurs proportions réciproques. Les mesures indi-
quées en modules ne comprennent que la base, le fût de la colonne et son chapiteau ; le tableau
page 15 donne avec précision toutes les mesures d'ensemble el de détail de chacun des ordres
en particulier.

PLANCHE II. — Figures de géométrie.

La géométrie est une science qui a pour objet la mesure de l'étendue considérée sous ses trois
dimensions. Selon l'objet auquel on l'applique, elle est qualifiée d'élémentaire, quand la règle
et le compas suffisent à la construction des différentes méthodes de résolution de problèmes
auxquels elle donne lieu ; de transcendante, quand elle s'occupe spécialement des courbes autres
que le cercle et l'ellipse, et que l'application du calcul différentiel et du calcul intégral est né-
cessaire à la solution du problème qu'on veut résoudre. Il ne s'agit ici que de la première; la
deuxième est étrangère à l'objet de cette œuvre. Cette planche a pour but de rappeler simple-
ment à l'élève en architecture les premiers éléments de géométrie dont les lignes droites et les
lignes courbes sont les seuls moyens de délinéation ; géométrie qu'il a dû apprendre préalable-
ment et sans la connaissance de laquelle il ne saurait tracer avec précision les dessins des objets
concernant l'art qu'il se propose d'étudier.

Chacune des figures de cette planche étant accompagnée de son indication et de la partie de
la géométrie à laquelle elle appartient, et pour celle de ces figures dont le tracé pourrait em-
barrasser l'élève, les opérations de la règle et du compas étant indiquées, nous nous abstenons
d'entrer dans des définitions et des démonstrations qui deviennent inutiles. L'élève devant déjà
savoir que tout objet palpable a trois dimensions, longueur, largeur, profondeur ou épaisseur,
dont la géométrie rend fidèle compte, il doit savoir également que tout corps étant terminé par
des surfaces, lesquelles le sont elles-mêmes par des lignes, peut être retracé sur le papier à
l'aide du dessin linéaire, ou appelé géométrie descriptive de la science qui donne les moyens
d'exécuter ses opérations; il ne faut donc plus à l'élève, pour préluder avec avantage à l'étude
des planches suivantes et se familiariser avec leur tracé, que se remémorer les éléments de
géométrie rappelés ici, ayant soin, chaque fois qu'il copiera de nouveau son modèle, d'employer
une échelle différentielle.

PLANCHE III. — Moulures.

En architecture, les moulures sont les saillies plus ou moins prononcées au delà du nu d'une
surface, que cette surface soit plane ou courbe; on les nomme ainsi de ce que, dans l'exécution,
 
Annotationen